A la une

Informations stagiaires

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.Document intégral


RECOURS MUTATIONS INTRA 2020

Les commissaires paritaires du SNEP FSU Poitiers, mandatés pour les recours sur les mutations intra académiques, ont été reçus le 10 juillet, en audience bilatérale avec les services de la Division des Personnels durant 2h.

18 collègues avaient formulé des recours. Les commissaires paritaires du SNEP FSU, grâce au lien qu’ils ont su maintenir avec la profession durant toutes les opérations de mutation et aux informations que les collègues leur ont fourni, ont élaboré un argumentaire constructif sur chaque situation, dans l’intérêt général du mouvement.

Les services du rectorat ont pris acte de chaque information apportée sur les demandes de recours, sans toutefois nous communiquer de données personnelles, reconnaissant certaines situations, certaines anomalies, ainsi que notre expertise technique et la justesse de notre analyse du mouvement.

Les arbitrages doivent être faits dans les jours qui viennent et chaque collègue sera informé individuellement du résultat de son recours, ainsi que les élus du SNEP FSU lorsqu’ils étaient mandatés.

Malgré la loi de « transformation/destruction de la Fonction Publique » les commissaires paritaires du SNEP FSU Poitiers continueront à œuvrer sans relâche pour créer les espaces de dialogue social, nécessaires à la défense des intérêts individuels et collectifs de l’ensemble de la profession. 

Les commissaires paritaires du SNEP FSU Poitiers      


Affectation des TZR, les résultats sont avancés : une victoire de la FSU

Suite aux interventions répétées des syndicats de la FSU et notamment du SNEP dans les instances et auprès des services du rectorat, les affectations pour la phase d’ajustement, initialement prévues  mi-août ont été avancées d’un mois.

En effet, les résultats devraient vous parvenir le 24 juillet de la part du rectorat . Malgré nos demandes, aucun groupe groupe de travail en lien avec les organisations syndicales n’aura lieu cette année,comme pour les mutations intra académiques, les affectations se feront à « huis clos », et sans aucune transparence.

Une deuxième phase d’affectation aura lieu fin août, vous pourrez donc faire une demande de révision, pour que votre situation soit réétudiée à cette période si nécessaire.

Le SNEP FSU Poitiers reste cependant mobilisé pour vous accompagner dans vos démarches. Nous vous invitons à  nous contacter pour nous communiquer le résultat de votre affectation le 24 juillet et/ou pour toute question portant sur cette phase d’affectation et sur les recours possibles.

Les commissaires paritaires du SNEP FSU Poitiers.

Contact :
mail:   corpo-poitiers@snepfsu.net
Claire Machefaux : 06 61 77 82 13


Compte rendu de la CAPA HC du 07 juillet 2020

La dernière CAPA de promotion à la Hors Classe a eu lieu ce mardi 7 juillet.

Le SNEP-FSU POITIERS est intervenu sur plusieurs points :

– Gel du point de l’ancienneté dans l’échelon : 19 collègues ont vu leur point d’ancienneté gelé alors que celui-ci aurait dû augmenter mécaniquement de 10 pts.

– Équité d’accès selon le sexe : une femme de plus a obtenu sa promotion après une intervention du SNEP-FSU pour assurer l’équité d’accès à la hors classe.

– Affectations des TZR (questions diverses) : la première phase a été avancée à mi-juillet, comme le recommandait la FSU.
Mais le groupe de travail n’aura pas lieu. L’expérience de terrain et les connaissances des dossiers personnels de vos représentants ne pourront être mis à profit dans cette procédure d’affectation.

– CAPA classe exceptionnelle : elle aura lieu le 15 septembre. Les élus du SNEP se sont inquiétés des cas de collègues promouvables qui quitteraient leurs fonctions avant la CAPA.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Compte Rendu intégral, CAPA HC 7 juillet 2020


Audience SNEP-FSU POITIERS avec le doyen de la FSS

Une délégation SNEP-FSU Poitiers s’est rendue ce jeudi 25 juin à la Faculté des Sciences du Sport pour y rencontrer M. Aurélien PICHON, doyen.

Différents points y ont été abordés :

Point sur la situation actuelle et la préparation de rentrée à la FSS :
Incertitude quant au scénario prévu, travail en distanciel envisagé… mais quelles aides sont prévues pour les étudiants mal équipés ? …

Point sur le calibrage de l’entrée en Master : diminution du nombre de places en master Education et motricité mais baisse également de la demande. Quelle conclusion en tirer sur l’attractivité du métier ?
Très forte augmentation des demandes d’accès aux autres master, cause d’une hausse de la sélection.

Point sur le dispositif 2S2C : dispositif peu attractif pour les étudiants, seuls quelques uns y ont participé. Si pérennisation il y a il faudra des contre-parties en terme de validation de stage pour le master, d’accompagnement de type tutorat par des enseignants…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

CR audience SNEP-doyen FSS


CR CHSCTA DU 25 JUIN 2020

Pour ce dernier CHSTA de l’année scolaire 2019-2020, l’assemblée a traité des points suivants :

– Interventions liminaires : importance de la collaboration entre les représentants des personnels et l’Administration pour cette gestion de crise.

– Analyse de la reprise du 22 juin : travail réalisé sur les transports scolaires, importance du rôle des services publics de qualité, déception quant au manque de participation des citoyens dans les décisions gouvernementales…

– Préparation de la rentrée 2020 : comment assurer le suivi des élèves et le rattrapage de ce qui n’a pas été vu ? Comment assurer leur orientation ? Les épreuves anticipées ? Proposition de « journées de découvertes »…

– Retour d’expérience du travail en distanciel : la période a vu un développement incroyable des usages numériques, mais à quel prix pour l’avenir ? Quelles dérives ? Quelle charge de travail pour les personnels ? Quelles conditions de travail (matériel, connexion, …) ?

– Les enjeux de la formation aux risques liés au travail.

– Fonctionnement du CHSCTA pendant la crise : charge de travail pour les élus au CHSCTA, richesse des échanges, pertinence des décisions prises, … mais quel avenir pour ce comité quand il sera fusionné avec le Comité Technique Académique (CTA).

– Le programme de prévention.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Compte -Rendu CHSTA 25/06/2020


CONSEIL ACADEMIQUE DU SNEP-FSU POITIERS

Le SNEP-FSU POITIERS réuni en conseil académique à La Rochelle pour 2 journées.
A l’ordre du jour :
– Bilan de l’année.
-Préparation de la rentrée.
-Organisaton de la continuité syndicale estivale sur les dossiers menés de front par vos représentants du SNEP :
*Révisions d’affectation et le suivi des nombreux recours relatifs aux mutations.
* Affectations des TZR.
* Affectations des stagiaires
* …


Le SNEP-FSU POITIERS se mobilise contre le 2S2C

25 professeurs d’EPS, sur l’impulsion du SNEP-FSU ont manifesté leur désaccord contre la pérennisation du dispositif 2S2C à LA ROCHELLE ce mercredi 24 juin.

Comme d’autres villes de l’académie, pour cette fin d’année scolaire certes particulière, La Rochelle a décidé d’affecter prioritairement les créneaux d’Installations Sportives au 2S2C pour les écoles primaires qui ont mis en œuvre le volet « sportif », c’est à dire la prise en charge des élèves par des associations et clubs sportifs.

Dans le cadre des réunions de répartition des installations qui sont actuellement organisées dans les villes, ou les Communautés de communes, le SNEP-Fsu au côté des équipes demande à ce que les créneaux de Gymnases, stades, salles spécialisées soit attribués prioritairement à l’EPS.

Les conditions de reprise normale des établissements doivent sifflet la fin de partie pour les 2S2C…Ce dossier a fait l’objet d’un long temps de travail pour les 20 déléguéEs du Conseil Académique du SNEP-Fsu Poitiers réunis durant 2 jours à La Rochelle.
Les 2S2C n’ont rien à faire dans l’école, le service public d’éducation est solide sur ses missions, et peut s’appuyer sur des  Professeurs des Ecole et des Professeurs d’EPS formés, compétents qui connaissent les élèves et leur besoins. Pour ne pas être contraint de faire travailler les élèves dans la rue, il faut rendre les salles de classe que sont les installations sportives à l’EPS. Le match n’est pas joué, mais le SNEP-fsu avec les équipes EPS ne lâchera rien.

C’est ce que les enseignants d’EPS de l’académie sont venus dire en action lors d’une partie de Volley sur le port de la Rochelle avec un public de passants et de vacanciers sensibles à leurs arguments.

EPS = OUI ! 2S2C = NON


Résultats du mouvement intra-académique 2020 :

Ce qui est en train de se passer est GRAVE.
 
Pour les entrants, MAIS AUSSI pour les collègues TITULAIRES de l’Acad !

C’est le résultat de la disparition des CAPA.

Un mouvement erroné, opaque, non transparent dont la sincérité est mise en cause.

Aux Demandeurs.ses de mutations:
Nous vous invitons à demander des comptes à l’administration. Nous publions ci-dessous les barres départementales des mutations pour que chacun.e puisse :
 – Vérifier, pour sa situation personnelle, à l’aide du tableau des barres départementales ici si l’affectation obtenue ou la non-affectation est bien cohérente.
– Si vous souhaitez avoir les éléments de barème OU si vous avez le moindre doute: signalez-vous en prenant immédiatement contact avec le SNEP (06-31-02-40-12 ou corpo-poitiers@snepfsu.net) pour que nous vous aidions à contester ou clarifier la situation, dans un souci d’intérêt particulier mais aussi GENERAL.
– Vous avez la possibilité de faire un recours pour demander la révision de votre mutation ! Fiche recours.

Tout cela est :
 
 PREVISIBLE :   L’administration s’est contentée de l’algorithme informatique sans le travail des commissions et les étapes connues sous le nom de « vérification « qui permettaient de recouper les informations et débusquer d’éventuelles erreurs (Candidats cachés, Traitement Mesure de carte scolaire) et de « chaises musicales » qui amélioraient le mouvement et mutaient plus de collègues !

EFFARANT :  La phase de recoupement et de « ventilation communale » n’a TOUT SIMPLEMENT pas été faite !!!!! Quid des autres affectations ???

INQUIETANT : Un mouvement qui escamote les chances de mutations des collègues en poste dans l’académie

INADMISSIBLE : Une étape de ventilation entre entrants et titulaires de l’académie inéquitable (comparaison de barème Départemental contre Commune ou de barres commune contre établissement !!)

DRAMATIQUE : Un mouvement semant le doute chez tous.tes les collègues y compris les collègues satisfait.es de leur résultat

PREOCCUPANT : Une défiance et une suspicion renforcée envers l’administration, employeur générées par le manque de transparence et les erreurs de ce mouvement,
 fruit de la SUPPRESSION DES CAPA Décision qui s’inscrit dans une volonté politique de  
contournement  DES CORPS INTERMEDIAIRES, dont les SYNDICATS.

– Déjà plus d’une trentaine de recours en cours sur des incompréhensions, des doutes de barèmes, des doutes de traitement.

Nous invitons tous.tes les collègues ayant obtenu une affectation à nous contacter ou à nous adresser leur résultat d’affectation.


Bulletin académique du 18 juin 2020

Au sommaire :
2S2C : une nouvelle tentative de destruction massive de l’EPS
Audience délégation FSU – Rectrice : 2S2C, protocoles sanitaires, inquiétudes et anxiété liées aux différentes reprises, perspectives pour la reprise du 22 juin et la rentrée de septembre…
Audience SNEP-FSU – CROS : 2S2C, dynamisation de la pratique fédérale en Nouvelle Aquitaine, déficit des installations sportives…
Dossier mutations 2020 : un mouvement erroné et opaque.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Bulletin académique du 18/06/2020


Audience SNEP-FSU Nouvelle Aquitaine CROS NA

Les 3 secrétaires académiques du SNEP-FSU Poitiers, Limoges et Bordeaux ont eu une audience ce mardi 16 juin auprès du président du Comité régional Olympique de la Nouvelle Aquitaine en visioconférence.

Le thème de cette visio : le 2S2C.

Vous trouverez dans le CR ci-dessous les inquiétudes partagées relatives au dispositif, mais également les problématiques de relance de la pratique sportive fédérale, le déficit d’installations sportives…

Un travail commun entre le SNEP-FSU et le CROS NA est envisagé en fin de document afin de promouvoir la pratique des APSA dans le cadre fédéral en s’appuyant sur l’EPS obligatoire et le sport scolaire.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

CR audience SNEP-CROS


BMP disponibles pour la phase d’affectation des TZR 2020

L’état des BMP et des couplages disponibles à ce jour, par département est téléchargeable ci-dessous.

Pour la phase d’ajustement ( affectation des TZR), il faut formuler 5 préférences portant sur des établissements, des communes ou groupements de communes. Si cela n’a pas été fait au cours de la phase des vœux  mutations intra-académiques ( du 23 mars au 6 avril) sur SIAM,  il faut envoyer ses vœux avant la phase d’ajustement, à l’aide de l’annexe IX (ci-dessous également) avant le vendredi 26 juin 2020 à 12 heures, à   mvt2020@ac-poitiers.fr

En raison de la situation particulière cette année, les résultats du CAPEPS externe ne seront communiqués que mi juillet et les stagiaires (dont le nombre réel est encore incertain)  seront donc  affectés  en conséquence.

Il se peut que des supports supplémentaires soient nécessaires ou inversement que certains ne soient pas pourvus . C’est pourquoi le Rectorat a décidé que les résultats d’affectation TZR,   initialement prévus autour du 15 juillet, ne seront communiqués qu’entre le 5 et le 10 août. C’est très tard, pendant les vacances scolaires . Nous avons fait part à l’Administration des difficultés d’organisation que cela pourrait générer mais ils ne veulent pas revoir le calendrier.. 

Nous vous rappelons que nous ne siègerons plus à ce groupe de travail (suite à la réforme de la loi de la réforme de la fonction publique qui met fin au paritarisme) et que les résultats vous seront communiqués par le rectorat. Les élus SNEP-FSU serons néanmoins à vos cotés pour vous accompagner. N’hésitez pas à nous transmettre vos affectations et nous faire part de vos difficultés . 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Liste des BMP

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Annexe 9


Audience FSU / Rectrice de l’académie de Poitiers du 16/06/20

Une délégation FSU a été reçu ce mardi 16 juin par Mme La rectrice pour évoquer :
– La reprise du 22 juin.
– Le 2S2C : La FSU  veut sifflet la fin de la partie.
– Le bilan du mouvement intra
– Les affectations des TZR et des Stagiaires
– Les concours des administratifs.

Vous trouverez le CR complet ici :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

CR audience du 16/06/20


Fiche de vœu syndicale

Chers collègues, si vous êtes en CDI, CDD ou MA, vous trouverez ci-dessous la fiche de vœu que vous pouvez renseigner et envoyer au SNEP-FSU pour être suivi-es dans vos démarches administratives : gestion de dossier, affectations, difficultés rencontrées…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Fiche de vœu


Le SNEP-FSU Poitiers interpelle les mairies des grandes et moyennes agglomérations de l’académie concernant les 2S2C

Le SNEP-FSU Poitiers a contacté les mairies des agglomérations importantes de l’académie pour les prévenir des risques liés à la mise en place du 2S2C.

Retrouvez ci-dessous le courrier qui leur a été adressé.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Courrier 2S2C adressé aux mairies


Communiqué de presse 2S2C

Le SNEP-FSU POITIERS interpelle la presse pour communiquer sur le dispositif 2S2C et sur les dangers qu’il représente.
– Pourquoi faire appel à des intervenants extérieurs quand un vivier d’enseignant est disponible ?
– Pourquoi une relance de l’activité sportive en France est-elle mise en place sur le temps scolaire, parfois en lieu et place de l’EPS ?
– Comment gérer les la mise à disposition des installations sportives quand elles sont déjà surexploitées ?
– …

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Communiqué de presse 2S2C.


Déclaration des élus SNES-SNEP-SNESUP à la CAPA Hors-classe des agrégés

La délégation FSU a interpellé le rectorat sur les conditions de la reprise post-confinement :
– Inquiétude quant aux risques sanitaires,
– Scepticisme quant à l’intérêt pédagogique réel,
– Dispositif 2S2C,
– Manque de clarté et indécisions du gouvernement,
– Inquiétudes concernant la rentrée de septembre 2020,
– Suppression des CHSCT avec la réforme de la fonction publique.

Les représentants FSU ont également mis l’accent sur l’accès à la HC :
– Inégalité persistante entre les hommes et les femmes,
– Inégalité d’ancienneté quand des 9e échelon peuvent bénéficier d’un « excellent » alors que des 10e échelons qui n’ont pas eu de PPCR doivent se contenter d’un avis d’une inspection lointaine.
– Inégalité pour quelques collègues proches de la retraite, qui n’apparaissent pas dans le lot des promouvables.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Déclaration FSU CAPA HC agrégés


MOTION CONTRE LES 2S2C A PRÉSENTER AU CA

Qu’est-ce que le 2S2C ?

Si cette vidéo vous effraie et que vous ne souhaitez pas voir le 2S2C se mettre en oeuvre dans votre établissement, vous pouvez soumettre une motion à votre CA.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Motion 2S2C


Compte-rendu réunion organisations syndicales / Région NA

Le SNEP-FSU POITIERS a représenté les enseignants d’EPS aux côtés d’autres organisations syndicales lors d’une réunion avec les représentants de la Nouvelle Aquitaine.

A l’ordre du jour : reprise des établissements scolaires, difficultés d’anticipation liées au manque d’informations, organisation des transports, inquiétudes liées à l’organisation des internats, 2S2C et priorisation des infrastructures donnée au dispositif…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

CR Réunion syndicats / Région NA


CR CHSCTA DU 27 MAI 2020

Vous trouverez ci-dessous plusieurs documents relatifs à la tenue du CHSCTA ce jeudi 27 mai 2020.

1 – Déclaration liminaire de la délégation FSU / CGT educ’action

La délégation a interpellé les représentants du rectorat sur :
– Le stress engendré par la réorganisation du travail et l’organisation de la reprise.
– Les interrogations qui demeurent : examens, reprise des lycées et LP, rentrée de septembre…
– Accompagnement des personnels.
– Récompenses au mérite….

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Déclaration liminaire FSU/CGT

2 – Compte rendu du CHSCTA :

Bilan du déconfinement, mal-être psychologiques liés au manque d’informations, protocole 2S2C, préparation de la rentrée 2020, calendrier des opérations de gestion des carrière et des mutations…. La délégation FSU/CGT éduc’action vous transmet le contenu du CHSTA dans le CR ci-dessous.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Compte -Rendu CHSTA 27/05/2020


CR FSU Réunion Transports

La FSU Nouvelle Aquitaine et d’autres organisations syndicales ont rencontré les représentants de la grande région dont R. LAGRAVE, vice-président pour faire un point sur les transports. En voici le compte-rendu.

Présent : Renaud Lagrave vice président de région, 2 conseillers régionaux et les organisations syndicales

Le respect des protocoles sanitaires dicte les conditions de réalisation du transport des élèves. Les conducteurs de bus ont exprimé leurs difficultés à assurer le nettoyage et désinfection plusieurs fois par jour.

Avec le retour des élèves dans les collèges, les services assurés par la région ont pu être réalisés à 95 % voir un peu plus. La circulation de toutes les lignes est espérée au plus vite.
À la marge, certains services assurés par les communes ou CDC n’ont pas été assurés et ont pu impacter le transport de collégiens. Compte tenu du peu d’élèves transportés, aucune situation de sureffectif n’a été constatée.
La région redoute une montée en charge de l’accueil dans les établissements notamment à partir du 2 juin. La limite sera aussi vite atteinte dans les capacités d’accueil des collèges et si une alternance s’organise dans les établissements, le transport sera possible.

Pour les TER, l’affluence des voyageurs permet de réguler le trafic avec une place disponible sur deux. Si les lycéens devaient reprendre les cours le 2 juin, il y aura un temps d’adaptation pour le trafic ferroviaire au moins une semaine avant d’offrir un service plus complet. En clair, le transport sera insuffisant le 2 juin. Que ce soit pour les autocars ou TER, il n’y aura pas de moyens matériels supplémentaires et donc une offre de transport limitée à 50 % puisque le protocole sanitaire prévoit une place accessibles sur deux.

Le reste de la réunion a essentiellement porté sur les capacité de transport dans les TER, travaux en cours et le frêt.
A noter, certains TER n’assurerons pas toutes les gares afin de limiter l’afflux de voyageur dans les trains.
Si le nombre des TGV revient à la normal à partir du 25 juin, les correspondances TER laisseront du monde sur les quais ou bien le protocole sanitaire ne pourra être respecté, surtout la distanciation physique.


2S2C VS EPS ?

Pour ceux qui auraient encore des doutes sur l’impact des 2S2C sur notre discipline :

Un article du café pédagogique revient également sur l’intervention de JM BLANQUER à l’Assemblée Nationale ce 19 mai 2020.

Blanquer : Le 2S2C est l’avenir de l’Ecole


Bruno Cremonesi : Pour le Snep Fsu, le 2S2C est un cheval de Troie  

Imaginé dans le cadre de la réouverture des établissements scolaires, le nouveau dispositif 2S2C fait réagir les professeurs d’EPS. Pour Bruno Cremonesi, secrétaire national du SNEP FSU, le syndicat très majoritaire en EPS, ce « cheval de Troie » vise à  » remplacer l’EPS par les clubs sportifs ». Selon lui,  » Le ministère a déjà pris des mesures pour pérenniser ce type de dispositif ».

http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2020/05/19052020Article637254680133508271.aspx

CR CHSCTA DU 14 MAI 2020

Vous trouverez ci-dessous plusieurs documents relatifs à la tenue du CHSCTA ce jeudi 14 mai 2020.

I – Déclaration liminaire FSU/CGT Educ’action :
La délégation interpelle l’autorité sur les alertes et les signalements liés à la reprise : retard dans la livraison des masques, absence de matériel de désinfection, locaux non désinfectés…
Elle fait également état de l’anxiété et de la fatigue de certains personnels, notamment les directeurs qui se sentent sous pression, ou qui en ont subi.
La délégation en profite pour rappeler aux services du rectorat l’obligation qui est faite à un employeur en matière de sécurité des personnels et de santé au travail.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Déclaration liminaire CHSCTA 14 mai 2020

II – Alerte des secrétaires des CHSCT aux membres du CHSCTA
En raisonnante avec la déclaration liminaire pré-citée, les 5 secrétaires des CHSCT ont alerté les membres du CHSTA : besoin de dépistages des personnels, manque de gel hydroalcoolique, absence ou non conformité des masques, absence de désinfection des locaux, charge de travail pesant sur les directeurs, conflit entre les parents et les drecteurs ou entre les enseignants et leur hiérarchie, tensions avec les collectivités territoriales…
C’est pourquoi ces 5 secrétaires, en accord avec les autres membres du CHSTA ont proposé des avis pour qu’ils soient soumis au vote du conseil.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Alerte des secrétaires des CHSCT

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Avis soumis au vote du CHSCTA

III – Compte-Rendu complet
Retrouvez toutes les questions posées et les réponses apportées par le Secrétaire Général et ses collègues.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Compte-rendu CHSCTA 14/05/20


Compte-rendu CTA du 13 mai 2020

Un CTA relatif à la reprise des cours dans post-cofinement dans l’académie de POITIERS s’est tenu ce mercredi 13 mai 2020.

I – Déclaration liminiare de la FSU-CGT éduc’action
-> Non ouverture des établissments ne disposant pas des conditions nécessaires, dépistages, reconnaissance du travail des directeurs-trices, et des enseignants, …

II – Plan de reprise d’activités dans les écoles et établissements scolaires
-> Problématique de la distribution des masques et du gel hydroalcoolique, itinérance des personnels, paies, titularisation des stagiaires, garde d’enfants, mise en oeuvre du PPCR…

III – Présentation du plan académique de reprise
Cf. doc.

  1. Priorisation du protocole
  2. Accompagnement du personnel dans toutes les dimensions – alertes / application du protocole – personnels vulnérables – accompagnement social, économique, et psychologique (Psy MGEN) et conventionnements supplémentaires en cours, avec la MGEN,  / Consultation à distance d’une plateforme médicale.. Facilitation aux centres de soin.
  3. La réunion du conseil d’administration et du conseil d’école est une formalité incontournable.

IV – Questions diverses :
->Accueil de certains publics prioritairement, la gestion des autres risques (hors Covid) dans les Écoles et EPLE, 2S2C et rôle des enseignants d’EPS et de l’UNSS, organisation des réunions en présentiel dans les établissements, personnels AESH, Médecine de prévention, reprise des lycées, organisation des CAPA…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

CR CTA 13/05/2020


Déclaration liminaire CTA du 13 mai 2020

La délégation FSU-CGT Educ’action a interpellé ce mercredi 13 mai la rectrice et son entourage lors du CTA : condition du déconfinement, protection des personnels, dispositif 2S2C avec la mise à disposition de professionnels issus du fédéral, épreuve orale de français….
Vous trouverez le texte dans son intégralité ci-dessous.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pdf_logo-482x350-300x218.png.

Déclaration liminaire CTA 13 mai 2020

Le SNEP-FSU POITIERS vous éclaire sur les conditions de la reprise.

A une semaine de la réouverture des collèges, les ambiguïtés que suscite la reprise ne doivent pas rester sans réponse, au risque de vous retrouver en difficulté. Les questions sont nombreuses : puis-je refuser d’aller dans mon établissement par crainte de contagion ? Le droit de retrait peut-il s’appliquer? Quelles sont mes obligations?quelles sont les moyens d’action et d’alerte en cas de dysfonctionnement avéré? Qui sera responsable en cas de non respect des protocoles sanitaires ?

Le SNEP-FSU Poitiers tient à vous éclairer sur l’ensemble de ces sujets.  

Nos obligations



Nous sommes fonctionnaires d'état et sommes par conséquent, soumis à des obligations de service. Comment clarifier ce que peux / dois faire ou ne pas faire ?

Lire l'article

Nos responsabilités



Quelles sont les instances qui permettront de délimiter les champs de responsabilité de chacun ?

Lire l'article

Droit de retrait



Puis-je l'invoquer ? Dans quelles conditions pour éviter d'être attaqué par la suite ?
Lire l'article

Concrètement, les cours, que puis-je faire ou non ?



Je dois assurer le tenue des cours d'EPS : Quelles activités ? Quel matériel ?
Quelles mesures sanitaires ?
Lire l'article


Le SNEP-FSU POITIERS analyse le protocole sanitaire de réouverture des établissements du second degré

Le SNEP FSU POITIERS a repris point par point les éléments saillants du protocole sanitaire de réouverture des établissements du second degré.

Port du masque pour les élèves, les enseignants, type d’installations à privilégier, gestion des vestiaires, gestion du matériel…

Analyse du protocole sanitaire de reprise


L’activité syndicale du SNEP-FSU-Poitiers, dans le déconfinement 

Le processus de retour en classe des élèves et la contribution de l’EPS

Le Président de la République a fait le choix du 11 mai comme date de sortie du confinement. En dépit des recommandations du Comité scientifique cette date a été imposée par le Ministre de l’Éducation pour l’ouverture des établissements scolaires, faisant du retour des enfants en classe un levier de la reprise générale de l’activité dans le pays.

Depuis le début de la crise sanitaire le SNEP-FSU-Poitiers a représenté l’ensemble des enseignant-es d’EPS dans chaque Comité Hygiène Sécurité Conditions de Travail Académique (CHSCTA) hebdomadaire et lors des 2 Comités Techniques Académique (CTA) qui ont eu lieu depuis le 6 mars.

Notamment parce que la rupture a été violente, la grande majorité des personnels souhaite revoir les élèves avant les vacances d’été.  Pour autant, nous pensons qu’une réouverture des EPLE dès le 18 mai (Collèges) est prématurée, et plus encore celle des écoles le 11. Quant à la possible réouverture des LP et LGT début juin, elle ne peut être envisagée sans que les problèmes de transports scolaires et d’internats soient réglés.

La protection des agents, des élèves, et de leur famille est notre priorité. C’est le sens de toutes nos interventions et des avis proposés par la FSU en CHSCT, Académique et départementaux pour conditionner toute reprise dans un climat de confiance à la généralisation des tests pour les personnels et les élèves, à la mise à disposition de masques pour toutes et tous et de gel dans tous les lieux de passages, ainsi qu’à l’assurance de groupes à effectifs suffisamment réduits pour permettre l’effectivité de la distanciation physique. Par ailleurs, les difficultés à faire respecter durablement un cadre sanitaire conforme au protocole national, font que le doute domine quant à la possibilité d’une reprise sereine et sécurisée dans un calendrier aussi contraint.

Pas de reprise tant que le protocole national ne peut être appliqué Localement

Tout particulièrement attachés au Service public d’éducation, le SNEP et la FSU ont agi tout au long de cette crise sanitaire pour que l’École continue de jouer pleinement son rôle auprès des jeunes et de leurs familles. Mais nous avons aujourd’hui les plus sérieuses inquiétudes sur les conditions effectives de la reprise des activités scolaires, s’agissant des conditions d’exercice auxquelles les personnels enseignant-es et non enseignant-es vont se trouver confronté-es. A ce jour le flou demeure quant à la procédure qui permettrait d’évaluer sur le terrain la conformité des établissements à ce protocole

Le SNEP et la FSU exigent que le protocole national, conquête syndicale au niveau national (CTMEN), fasse force de loi et qu’il ne soit admis sur le terrain ni dérogation ni accommodement. Il ne serait pas acceptable de faire porter cette responsabilité aux personnels de direction, aux gestionnaires des EPLE ou aux enseignant-es. Ce protocole doit être considéré comme le minimum attendu, tout ce qui pourrait contribuer à augmenter localement les exigences de sécurité doit être encouragé.

Une reprise non-précipitée, discutée et actée avec l’accord de l’ensemble du personnel

Le SNEP-FSU-POITIERS et la FSU refusent que les personnels (agent-es, enseignant-es, conseiller-es d’éducation, personnels administratifs et administratives, de santé scolaire, …) se retrouvent mis en demeure d’arbitrer entre leurs missions de services publics et l’impératif de sécurité pour elles et eux-mêmes et pour les autres.

La responsabilité ne se partage pas mais l’organisation du retour en classe, quant à elle, doit être co-construite avec toutes les parties concernées en s’en donnant les moyens et sans précipitation dans un cadre cohérent, en associant les personnels à la réflexion. Le SNEP-FSU-Poitiers et la FSU ont demandé qu’avant la reprise des activités dans les établissements, les C.A. des EPLE (en plus, le cas échéant, des Commissions hygiène et sécurité des lycées et collèges avec SEGPA) puissent se tenir et s’exprimer sur le plan de déconfinement de l’établissement. Cette disposition a été retenue et validée par la rectrice.

Une activité physique adaptée, scolaire, définie et encadrée par les seuls enseignants d’EPS

Plus spécifiquement, le SNEP-FSU-Poitiers insiste pour que le déconfinement pédagogique ne s’accompagne pas localement d’initiatives remettant en cause la professionnalité des enseignant-es, notamment en matière de d’activités physiques et sportives scolaires. Après deux mois confinés, le besoin d’activité physique chez les enfants est important.

Le SNEP-FSU Poitiers estime que la discipline EPS doit jouer tout son rôle dans la remobilisation physique des jeunes, en ayant les moyens de proposer un enseignement adapté, respectant les conditions sanitaires (types d’APSA à pratiquer qui aient culturellement du sens et ne réduisent pas l’EPS au seul objectif de santé, espaces de pratique qui tiennent compte de distanciation 1,4,10m, produits de nettoyage du matériel, problématique des tenues porteuses de gouttelettes suite à la pratique et incitation des élèves à prévoir T.Shirt et serviette dans un sac qui ferme, privilégier un nombre d’élèves par groupe à 10, 15 étant un maximum prévu par le protocole, cohérence à rechercher entre les préconisations du Ministère des Sports et celles de l’Education nationale pour l’EPS…)

Nous jugeons donc très problématique le nouveau dispositif « Sport, Santé, Civisme et Culture » (2S2C) pour lequel il est prévu d’utiliser les moyens humains disponibles au sein des fédérations sportives, via les salarié-es des clubs sportifs locaux, pour prendre en charge une partie de la mise en place du retour à l’activité physique des élèves.

Le gouvernement, même si personne n’est dupe, a placé le déconfinement sous le signe de la lutte contre les inégalités. Alors pourquoi vouloir imposer un dispositif de type périscolaire qui de fait génère des inégalités territoriales et des inégalités entre élèves ?

Les près de 1000 enseignant-es d’EPS de l’académie sont recruté-es à haut niveau, ils et elles ont une expertise, des compétences avérées. Pourquoi chercher ailleurs ces compétences si ce n’est vouloir profiter de l’Etat d’urgence sanitaire pour avancer outrageusement dans un projet éducatif que nous contestons et qui vise à se recentrer sur des « fondamentaux » en rejetant « l’accessoire », dont l’EPS ferait partie, vers les collectivités territoriales. Nous sommes intervenu-es auprès de la rectrice sur cette dimension historiquement cruciale pour notre profession.

Le SNEP-FSU restera vigilant, militant, en soutien des collègues

Nous alertons sur cette possibilité qui porterait atteinte à la professionnalité des enseignant-es d’EPS et qui alimenterait la confusion entre l’enseignement de l’EPS et l’animation sportive type club.
Nous agissons pour que les professeur-es d’EPS, concepteurs et conceptrices de leur métier soient force de propositions, dans le cadre fixé par les autorités médicales et avec les aménagements pédagogiques nécessaires, pour enseigner l’EPS de façon adaptée au contexte et s’investir sur la base du volontariat dans l’ensemble des activités éducatives développées dans le cadre du projet d’établissement. Dans cette période exceptionnelle, nous avons pleinement confiance en la professionnalité des collègues dont l’utilité n’est plus à démontrer dans l’accueil, la formation et le parcours éducatif des jeunes. L’exercice de ces missions devra se mettre en œuvre dans le respect des Obligations Réglementaires de Service des enseignants.

Le SNEP-FSU Poitiers s’engage pour que les missions de service public de l’école soient assurées partout sur notre territoire mais elle ne transigera ni sur la sécurité ni sur les conditions d’exercice dans lesquelles cette reprise aura lieu.

Le Bureau académique du SNEP-FSU-Poitiers, réuni en visio-conférence le mardi 5 mai.

Le SNEP-FSU-POITIERS à vos côtés pour assurer la continuité syndicale

Nous vous engageons à nous signaler toutes situations de non-respect du protocole national, immédiatement lors de la reprise ou dans la durée. Dans ce type de situation, il sera important que vous puissiez utiliser votre droit d’alerte auprès du Chef d’établissement et/ou sonner « la cloche d’alerte RSST » sur l’Intranet académique.

Le SNEP-FSU-POITIERS en Alerte

A chaque fois, prévenez immédiatement le SNEP, ainsi que pour toutes questions et interrogations.

Nous mettons en place une permanence téléphonique dans chacun des départements au numéros suivants :

SNEP Académique : Christophe Mauvillain : 06.31.02.40.12 / s3-poitiers@snepfsu.net

Charente :
Corine Amic-Desvaud : 06.83.33.79.53 / desvamic@wanadoo.fr
Basile Maupin : 06.26.45.71.18 / basile.maupin2813@gmail.com

Charente-Maritime :
Vincent Mocquet : 06.78.31.05.79 / s2-17@snepfsu.net
Véronique Bonnet : 06.20.78.50.40 / verojv@free.fr

Deux-Sèvres :
Claire Machefaux : 06.61.77.82.13 / s2-79@snepfsu.net
Guillaume Hubert : 06.60.65.45.57 / guyguy.hub@free.fr

Vienne :
Valérie Soumaille : 06.48.68.13.82 / s2-86@snepfsu.net
Sébastien Molle : 06.49.20.11.67 / molle.seb@yahoo.com


Communiqué de presse de la FSU sur le reprise du 11 mai.

Le déconfinement selon LREM :

La déconfiture sportive de « cours le matin, les clubs l’après-midi ! »

21 députés LREM viennent d’écrire au ministre de l’Education Nationale et de la Jeunesse et à la Ministre des Sports pour demander que le déconfinement, décidé par le président de la République, et au nom d’un « monde d’après qui ne peut être identique à celui d’avant », se fasse sur le modèle scolaire allemand.

Soit ces députés ignorent, soit ils oublient volontairement que la pratique d’activités physiques et sportives pose des difficultés spécifiques en matière d’accès aux installations et de respect des gestes barrières. En quoi envisager de confier des groupes d’enfants à des clubs sportifs plutôt qu’à des enseignants représentera une plus-value et des garanties sanitaires ?

Ces députés ignorent-ils ou oublient-ils volontairement que tous les élèves bénéficient d’un enseignement obligatoire pour les éduquer au plan sportif et dans les activités artistiques corporelles, assuré par près de 30 000 enseignant-e-s d’EPS et les professeurs des écoles ?

Il s’agit de préparer l’avenir…, et visiblement LREM pense l’avenir de l’école sans enseignant-e d’EPS, mais avec des animateurs sportifs.

Loin d’être une idée nouvelle, – évoquée il y plus de 50 ans (1959), reprise à la fin des années 70 avec le plan « Soisson », plaquée sur un certain nombre de dispositifs existants par Luc Chatel en 2011 – nous retrouvons là un poncif de J. M. Blanquer avec son projet « cours le matin, sport l’après midi ».

Ces députés ont le mérite d’annoncer clairement leur vision : « ces temps d’activité pourraient être assurés par les éducateurs sportifs des clubs sportifs locaux, avec un financement exceptionnel de l’État. »

Profiter de la crise sanitaire pour forcer le passage vers cette autre école qu’ils appellent de leurs vœux est un véritable scandale.

Avec le SNEP-FSU, nous œuvrerons pour que les enseignants d’EPS et l’opinion publique déjouent ce piège, sujet largement polémique en Allemagne, qui nous mènerait droit dans le mur et serait facteur d’encore plus d’inégalités.

Le monde d’après mérite mieux que ces visions passéistes.


 
COVID-19 : Quels impacts sur la titularisation des stagiaires ?

Le confinement apporte son lot d’inquiétudes et de difficultés à l’ensemble de la profession mais les entrants dans le métier rencontrent des difficultés et des inquiétudes accrues : charge de travail, accès difficiles à certains moyens techniques, incertitude sur le devenir de leur titularisation et les modalités d’examen…

Les syndicats de la FSU ont souhaité interpeller Mme la Rectrice sur ces difficultés mais aussi sur les modalités de leur titularisation.

Courrier Stagiaires adressé à la rectrice.


Mutations intra dernière ligne droite !

La phase de saisie de vœux pour les mutations intra académiques touche à sa fin .

En effet , vous n’avez plus que jusqu’au lundi 06 avril à 12h pour finaliser vos demandes.

Malgré le contexte, les élus du SNEP-FSU Poitiers restent mobilisé-e-s pour accompagner et vous conseiller dans vos démarches, quelles qu’elles soient.

Afin de nous permettre un meilleur suivi, dans l’intérêt de tous, nous vous invitons :

1- à nous informer de votre intention de participer au mouvement intra 2020 (si ce n’est déjà fait)

2- à nous retourner une copie de vos voeux saisis sur SIAM et la fiche mutation par le lien http://www.snepfsu-poitiers.net/poitiers/?page_id=205 (si ce n’est déjà fait..)

3- à vous syndiquer, en effet, les adhésions sont notre seule source de financement. C’est ce qui nous permet notamment de faire tout ce travail de lien et d’information avec la profession (si ce n’est déjà fait ). La fiche d’adhésion par le lien suivant : http://www.snepfsu-poitiers.net/poitiers/?page_id=181

Vous trouverez ci-dessous les modalités de retour des documents de confirmation de votre participation au mouvement intra :

En raison de la crise sanitaire actuelle, vous trouverez, ci-dessous, les nouvelles informations liées au confirmations de participation. Ces informations sont également sur le site internet et intranet de l’académie et envoyées sur les messageries I-PROF des enseignants :

MOUVEMENT INTRA-ACADÉMIQUE 2020

La saisie des vœux est possible depuis le lundi 23 mars 2020 à 18h et ce jusqu’au lundi 6 avril 2020 à 12h sur le service Siam (système d’information et d’aide aux mutations).

  • Envoi des confirmations de participation au mouvement intra-académique 2020 :

En raison de la crise sanitaire actuelle, les confirmations de participation seront envoyées, à titre exceptionnel, sur votre boîte académique personnelle (prénom.nom@ac-académie.fr).

  • Retour des confirmations de participation au mouvement intra-académique 2020

Le retour des confirmations de participation au mouvement s’effectuera sur la boîte mvt2020@ac-poitiers.fr.
Vous pouvez adresser votre confirmation à la DPE par mél, sans visa de votre chef d’établissement dans un premier temps.
L’objet du mail devra stipuler : Discipline – Confirmation intra 2020 – Nom/Prénom.
Pour les pièces justificatives, tout support dématérialisé sera accepté (photos, scans, pdf…).
La DPE vous invite à joindre une copie de votre confirmation de participation à votre chef d’établissement ou supérieur hiérarchique dûment signée, accompagnée des pièces justificatives demandées, et comportant si nécessaire des corrections manuelles faites en ROUGE.

Pour les collègues entrants, le barème du mouvement inter-académique qui vous a permis d’obtenir votre mutation est intégralement repris et vous ne devez fournir aucune pièce justificative (sauf changement de situation, situations médicales et sociales).

  • Dispositif d’accompagnement à la mutation au niveau du rectorat :

ligne info mobilité au 05.16.52.65.00 et au 05.16.52.63.62.
– un accueil téléphonique est assuré pendant toute la durée de l’ouverture du serveur SIAM de 8h30 à 18h30.

mvt2020@ac-poitiers.fr

Dispositif d’accompagnement à la mutation au niveau du SNEP :

Charente :
Contacts : Corine Amic-Desvaud : 06.83.33.79.53 / desvamic@wanadoo.fr
Basile Maupin : 06.26.45.71.18 / basile.maupin2813@gmail.com

Charente-Maritime :
Contact : Vincent Mocquet : 06.78.31.05.79 / corpo-poitiers@snepfsu.net

Deux-Sèvres :
Contact : Claire Machefaux : 06.61.77.82.13 / s2-poitiers@snepfsu.net

Vienne :
Contacts : Sébastien Molle : 06.49.20.11.67 / molle.seb@yahoo.com
Cécile Bennejean : 06.70.04.08.32 / cecile.bennejean@gmail.com
Elodie Michaud : 06.87.25.73.87 / dodie.michaud@gmail.com


Bulletin académique spécial mutation intra n°5 mars / avril 2020

Ce bulletin est la boîte à outil indispensable pour le mouvement intra de l’académie de POITIERS !!

A télécharger et à lire sans modération.

Bulletin académique spécial mutation mars / avril 2020


Compte rendu du CHSCT Académique du 25 mars 2020 :

Malgré le confinement lié au COVID-19, le SNEP-FSU a représenté la profession ce mercredi 25 mars au CHSTA en visioconférence.

Les thèmes abordés ont été les suivants :

– Les mesures de continuité administrative : organisation de la paye, actes de gestion, mutations, promotions…
– La continuité pédagogique : impact des inégalités sociales, flux d’informations…
– L’accueil des enfants soignants : effectifs, nombre désétablissements concernés, moyens de protection…
– Cellule d’accueil à disposition des personnels.

Les interventions des élus du SNEP-FSU ont été nombreuses :
Continuité administrative : quid des inquiétudes des collègues participant au mouvement intra ? Quid des modalités de gestion des recours du mouvement interacadémique ? Quid des constitutions des CAPA en période de confinement ?
Continuité pédagogique : incompréhension de la posture de l’inspection sur ce qu’il est possible de faire faire ou non aux élèves, inadéquations avec les préconisations du ministère, responsabilité en cas d’accident, sémantique dommageable quant à l’évocation d’un « temps libéré »…
Accueil des enfants de soignant : demande de mise en place d’un protocole en cas de contamination, demande que l’infection soit reconnue « maladie professionnelle »…

Vous pourrez lire le compte-rendu intégral ici.


Circulaire du mouvement intra-académique :

La circulaire intra a été mise en ligne. Téléchargez-la dans son intégralité et en une seule fois ci-dessous.

Circulaire intra académique et annexes


Le mouvement intra n’échappe pas au virus.

L’ouverture du serveur de saisie des voeux de mutation SIAM est reportée au 23 mars, sans allongement de la période. La circulaire mutation n’est toujours pas sortie.

Le Comité Technique Académique (CTA) qui devait se tenir le 16 mars sur la Gestion de l’emploi à la rentrée 2020 (ouvertures et fermetures de postes, ainsi que Mesures de Cartes Scolaires) est lui aussi reporté au 23 mars. L’occasion pour le SNEP d’y défendre les 12 demandes de postes supplémentaires formulées lors des groupes de travail collège et lycée/LP/EREA.

Nous serons alors en mesure de vous communiquer une liste des postes susceptibles d’être vacants.

La mutation n’est pas une démarche anodine. Elle engage pour de nombreuses années parfois. Dans une telle situation, il convient de ne pas rester isolé et tout mettre en oeuvre pour éviter les désillusions.

Vous pouvez d’ores et déjà vous rapprocher des commissaires paritaires du SNEP-FSU Poitiers pour préparer vos opérations de mutations, ils sont aguerris à cette démarche et sauront vous accompagner tout au long du mouvement. Pensez à les informer de votre intention de participer au mouvement en leur renvoyant votre fiche d’information et vos voeux (voir liens ci-dessous).

Charente :
Contacts : Corine Amic-Desvaud : 06.83.33.79.53 / desvamic@wanadoo.fr
Basile Maupin : 06.26.45.71.18 / basile.maupin2813@gmail.com

Charente-Maritime :
Contact : Vincent Mocquet : 06.78.31.05.79 / corpo-poitiers@snepfsu.net

Deux-Sèvres :
Contact : Claire Machefaux : 06.61.77.82.13 / cmachefaux@gmail.com

Vienne :
Contacts : Sébastien Molle : 06.49.20.11.67 / molle.seb@yahoo.com
Cécile Bennejean : 06.70.04.08.32 / cecile.bennejean@gmail.com
Elodie Michaud : 06.87.25.73.87 / dodie.michaud@gmail.com

Les commissaires paritaires du SNEP-FSU Poitiers

Liste voeux

Fiche renseignements mutations intra 2020


Déclaration liminaire FSU / CGT Educ’action, CTA du 23 mars 2020

Madame la Rectrice,

Mesdames et Messieurs les membres de ce CTA

La situation que nous connaissons aujourd’hui est inédite, dramatique. Nous avions prévu une déclaration beaucoup plus longue, plus détaillée sur chacun des points de notre ordre du jour. Mais l’urgence n’est sans doute pas à la lecture de cette déclaration. L’urgence est sanitaire. L’enjeu est de santé, de chacun, de santé publique. Nous tenons à saluer ici l’effort remarquable des personnels soignants en premier lieu, et de tous ceux qui, au risque de leur santé, par leur travail, assurent notre quotidien. Les agents du service public ont manifesté un engagement immédiat et conséquent dans la gestion de cette crise. La Nation devra s’en souvenir ; nos gouvernements devront s’en souvenir demain.

Les personnels d’enseignement et d’éducation, les personnels de santé et des services sociaux, les personnels administratifs, titulaires comme contractuels, ont veillé à garantir la sécurisation psychologique des élèves qui leur sont confiés et dans la mesure du possible, la poursuite des apprentissages. Or force est de constater qu’au début de cette période, certains personnels ont pu être mis en danger par les propos souvent contradictoires de notre ministre, par le zèle de certains chefs d’établissements. Force est de constater encore que la fameuse « continuité pédagogique » soulève interrogations et pose problèmes, des problèmes matériels et techniques mais aussi pédagogiques, de justice sociale. Chacun doit le garder à l’esprit sous peine de créer de la dissension, de l’injustice là où, plus que jamais, nous avons besoin de transparence, de solidarité.

Pour nos organisations syndicales, la continuité pédagogique doit s’entendre avec toute la raison, la prudence qui s’imposent. Elle ne devra pas demain être considérée comme un laboratoire d’expériences pour une pédagogie nouvelle alors qu’elle est au mieux un « montage » d’urgence réalisé par des personnels volontaires mais trop peu formés au distanciel et qui considèrent d’ailleurs que l’acte pédagogique ne peut se concevoir autrement qu’en présentiel.

C’est particulièrement le cas pour l’EPS et le Sport scolaire qui victime du report ou de l’annulation générale des rencontres sportives mondiales, devra être renforcé pour redynamiser les jeunes victimes de la sédentarité liée au confinement.

Aussi, la continuité pédagogique est un moindre mal, un pis-aller.

Dans ce contexte, la seule réponse qui puisse s’entendre est celle de la bienveillance, d’une bienveillance sincère, d’une attention soutenue à l’égard de tous les personnels qui rencontreraient des difficultés de santé, des difficultés dans la mise en œuvre d’un enseignement à distance ; attention bienveillante aux collègues stagiaires dont nous souhaiterions savoir dans quelles conditions leur titularisation pourra être prononcée ; attention bienveillante à l’égard des personnels contractuels dont le contrat viendrait à se terminer et pour lesquels nous demandons la prolongation de ces contrats.

Dans le même esprit, nous demandons un délai supplémentaire et une attention bienveillante aux personnels concernés par la mobilité et les questions de carrière. L’acte de candidature au vivier 1 de la classe exceptionnelle pourrait être décalé. Le calendrier de l’intra pourrait encore être reconsidéré dans un contexte où à l’inquiétude fort légitime des entrants ou des personnels contraints à mobilité s’ajoutent les difficultés de communication avec les services du rectorat, avec nos organisations syndicales lorsqu’il s’agit de conseils à mutations.

La prudence devrait s’imposer encore sur les questions de rentrée, les mesures de carte scolaires quand aux incertitudes de la réforme du lycée et de la voie professionnelle viennent s’ajouter aujourd’hui l’absence de visibilité sur l’avenir.


Permanences départementales pour accueil individuel :

Les commissaires paritaires du SNEP-FSU Poitiers tiennent des permanences « mutations intra » dans les départements :

Charente : mercredi 18 mars, après-midi, à la FSU16, 10 rue Chicoutimi à Angoulême
Contacts : Corine Amic-Desvaud : 06.83.33.79.53 / Basile Maupin : 06.26.45.71.18

Charente-Maritime : jeudi 19 mars matin, à la FSU 17, Allée du Queyras, 1 Avenue du Maréchal Juin à La Rochelle
Contact : Vincent Mocquet : 06.78.31.05.79

Deux-Sèvres : lundi 16 mars matin, mercredi 18 mars matin, à la FSU 79, 8 rue Joseph Cugnot à Niort
Contact : Claire Machefaux : 06.61.77.82.13

Vienne : jeudi 19 mars toute la journée, à la FSU 86, 16 avenue du parc d’artillerie à Poitiers
Contacts : Sébastien Molle : 06.49.20.11.67 / Cécile Bennejean : 06.70.04.08.32

N’hésitez pas à prendre contact et même rendez-vous.


Coronavirus : le service public est essentiel !

Le Président de la République a annoncé des mesures pour endiguer la propagation du coronavirus dans ce qu’il a qualifié être la plus grave crise sanitaire depuis un siècle. La plus forte est la fermeture de toutes les crèches, écoles, établissements scolaires et universités à partir de lundi prochain.

Cette décision nécessaire était inéluctable. Elle met fin à une certaine cacophonie de mesures disparates et permet à ce stade une protection pour tous les personnels des écoles en première ligne avec les enfants.

Les fonctionnaires de l’école publique, les personnels soignants, comme l’ensemble des agents des services publics auront à cœur d’accompagner au mieux les usagers. Les enseignant-es et tous les personnels de l’éducation, soucieux-ses des besoins des élèves,mettront tout en œuvre pour être en soutien aux jeunes, à leur famille,dont certaines vont être en difficulté voire très en difficulté dans cette période.Cela ne saurait se traduire par des injonctions impraticables. La nécessaire continuité du service public ne pourra être mise en œuvre qu’avec les outils et moyens mis à disposition des agents, dans le respect de leurs droits et avec la volonté de les protéger des risques.

Le chef de l’État a loué dans son discours le système de santé français et affirmé l’importance de son système de protection sociale. La FSU ne peut qu’y souscrire et saura le lui rappeler quand il s’agira de les défendre et de les renforcer.

Cette crise est l’occasion de réaffirmer l’importance de notre service public d’éducation et d’une manière générale de l’ensemble des services publics,dans leur rôle d’amortisseur des effets des crises,qu’elles soient économiques, écologiques ou sanitaires. L’occasion de réaffirmer qu’ils sont, non pas un coût pour la société, mais d’abord une richesse, un investissement et un outil permanent de solidarité.

Les Lilas, le 13mars2020

Laura LALARDIE, chargée des relations Presse pour la FSU


Le SNEP-Poitiers rencontre Jean-Michel Blanquer.

Ce jeudi 12 mars, le SNEP-FSU Poitiers a rencontré le ministre de l’Éducation Nationale à son arrivée au CNED pour une visite liée au dispositif « École à la maison » mis en place par l’opérateur public d’enseignement à distance.

Nous avons ensuite passé une heure d’audience FSU (SNEP, SNES, SNuipp, SNETAP et SNASUB) avec Matthieu LAHAYE conseiller aux Affaires Pédagogiques du Ministre.

Pour le second degré, au-delà de la dénonciation avec le SNES des éléments budgétaires de rentrée concernant les suppressions de postes, l’augmentation des Heures Supplémentaires, les conditions de passage des E3C, la réaffirmation du refus des réformes du lycée, de la voie Pro et du BAC, la contestation de la réforme des retraites et le refus de la mystification de la pseudo « revalorisation pour ne pas perdre en retraite » mise en avant par le ministre, le SNEP a particulièrement abordé 3 points spécifique EPS :

– Réforme du lycée et sport scolaire : La demande de préservation du mercredi après-midi pour le Sport Scolaire et les rencontres UNSS. La montée en charge des spécialités en terminale ne doit pas fragiliser les Association Sportives.

– La fragilisation annoncée des options EPS du fait de la concurrence entre les disciplines des choix de spécialités et des options à plus fort coefficient ou servant à un « profilage » pour parcoursup. Le SNEP-Poitiers a demandé la mise en place d’une Spécialité EPS, et s’est porté volontaire pour que l’Académie de Poitiers, qui est « la plus sportive » des 3 académies de Nouvelle-Aquitaine avec 40% des dispositifs sections sportives, options, taux de licenciés UNSS, nombre d’étudiants en STAPS, soit une des 5 académies pilotes pour la mise en place de cette Spécialité EPS, si importante pour la poursuite d’étude de nos élèves en STAPS.

Le Conseiller du ministre nous a affirmé que cette idée était à l’étude et qu’une mise en œuvre expérimentale d’une Spécialité EPS pourrait être étudiée pour la rentrée 2022, lorsque la Réforme du Lycée, pour l’instant en phase de construction, serait « stabilisée ». Le cadre « modulaire » de la réforme permet de l’envisager, mais une nouvelle spécialité nécessitera une adaptation des Emplois du temps, ce qui est prématuré pour l’instant.

– Référentiels et Programme EPS : Nous avons fait part du fort mécontentement de la profession, qui a plus de 92% considère que les nouveaux programmes et les référentiels affaiblissent le cadre national de l’EPS et dénaturent l’ancrage culturel de l’EPS dans les APSA en ne prenant en compte les productions motrices qu’à hauteur de 12/20. Le Conseiller s’est dit « au fait » de ce problème et l’évoquera à nouveau auprès de l’Inspection générale.

– « Dispositif Cours le matin, sport l’après-midi », présenté par M. LAHAYE comme un gage de l’attachement du ministre à l’EPS. Nous avons précisé que celui-ci ne pouvait constituer une perspective novatrice et ambitieuse pour la discipline. C’est déjà ce que nous avions dit en 2007, à l’époque de Sarkozy lorsque cette idée issue de Meaux mise en œuvre par Coppé avait été avancée. Notons qu’à cette époque, JM Blanquer était Directeur de la DEGSCO (Direction Générale des Enseignements Scolaires) ….

Christophe Mauvillain

Secrétaire académique du SNEP-Fsu Poitiers


Déclaration des élus SNES-SNEP-SNESUP aux CAPA des agrégés

Dans ce contexte préoccupant de Santé publique, de crise sociale, de déni de démocratie avec l’utilisation du 49-3, de répression par la force de manifestations pacifiques, les représentants de la FSU sont intervenus sur :

* La réforme du lycée :
– Menaces de représailles sur les élèves, sur les collègues dans la mise en œuvre des E3C.
– Déstabilisation des équipes, suppression de postes, disparition des options facultatives…

* La volonté de retour à des épreuves nationales, gagent d’égalité.

* L’absence de transparence que signifie la disparition du paritarisme dans les CAPA.

Déclaration liminaire CAPA agrégés liste d’aptitude


Compte rendu du CHSCT-Académique Extraordinaire COVID-19 du mercredi 11 mars.

Le CHSCTA s’est réuni de manière extraordinaire, convoqué par madame la Rectrice, pour traiter de la situation relative à la pandémie COVID-19 dans les établissements scolaires et les écoles.

Après l’exposé par les organisations syndicales des remontées de terrain, révélant un certain nombre d’inquiétudes des personnels, l’administration a recensé l’ensemble des mesures et directives prises durant les congés d’hiver, ainsi que lors de cette semaine de rentrée. Très peu sont réellement opérantes concrètement.

L’information est aujourd’hui pilotée par le ministère de la santé. Au niveau du ministère de l’Education nationale, les services ont communiqué auprès des Chefs d’établissement et Directeurs d’école pour leur rappeler les « gestes barrières » à mettre en œuvre lors de la réouverture des établissements après les vacances. (Mise en place d’une cellule téléphonique dans chaque département).

En ce qui concerne les personnels : Une vigilance accrue sera mise en œuvre à l’égard des personnels « fragiles », c’est-à-dire atteint de pathologie chronique, les femmes enceintes, ou les collègues affaibli(e)s par une maladie passagère autre. A la demande unanime des organisations syndicales, l’administration a précisé que les collègues qui seraient contraints de s’arrêter pour se protéger et protéger les autres, seraient placé(e)s en ASA (Autorisation Spéciale d’Absence) et non en AT (Arrêt de maladie) afin de conserver intégralement le salaire et le régime indemnitaire et ne pas être victime du « jour de carence ».

En ce qui concerne les établissements : Les cours ont lieu, y compris en EPS. La politique du Ministère est de maintenir la continuité pédagogique en prenant les précautions précisées par le ministère de la Santé. En cas d’arrêt d’un collègue qui ne peut donc prendre ses classes, ou en cas d’absences d’élèves, il existe d’après l’administration des « éléments de continuation du service », notamment grâce à l’ENT. Personne ne doit être « coupé du système éducatif » et l’administration s’engage à ce que « le contact soit maintenu avec les personnels ».

En ce qui concerne l’enseignement de l’EPS et du Sport Scolaire : En prévision de ce CHSCTA et afin d’avoir des réponses précises, le SNEP-Fsu Poitiers a adressé un courrier à madame la rectrice avec copie aux IPR sur les dispositions spécifiques à prendre dans notre discipline. En effet, dans bon nombre d’APSA, l’application des gestes barrières relève de l’impossible. Il en va d’ailleurs de même pour les collègues du 1er degré qui exercent en Maternelle. Le SNEP a réaffirmé qu’au regard du contexte fortement anxiogène, les mesures d’adaptation des contenus et des APSA ne pouvaient relever du seul Enseignant d’EPS, qui de fait engagerait alors sa propre responsabilité. Lors du CHSCTA, le SNEP a demandé à l’administration de produire une « conduite à tenir » pour indiquer par écrit de quelle manière les modalités d’enseignement des APSA pouvaient tenir compte des préconisations sanitaires qui nous sont imposées. La réponse a été : « l’enseignant d’EPS doit faire une évaluation des risques conjointement avec le Chef d’établissement et en lien avec le médecin du rectorat si nécessaire ». Pour le SNEP, ceci ne relève pas de nos missions, ni de nos compétences.

Ce à quoi il nous a été répondu : En aucun cas la responsabilité des enseignants d’EPS ne sera engagée. Il nous a été affirmé que seule la responsabilité du ministre, de la rectrice et du préfet sera engagée.

Nous aurons une réponse écrite de la part du Cabinet de la rectrice, sachant que dans d’autres académies les IPR ont pris position et donné des consignes sur les choix, les adaptations et les substitutions d’APS, lorsqu’elles ne permettent pas l’application des gestes barrières, ainsi des consignes d’hygiène et de désinfection du matériel.

En ce qui concerne les JPO (Journées Portes Ouvertes) : Il nous a été réaffirmé que seuls les rassemblements de plus de 1000 personnes réunis simultanément dans le même lieu « en intérieur ou extérieur » étaient proscrits. Les JPO ne provoquent pas de rassemblement de plus de 1000 personnes par unité de lieu (Hall, entrée, salon, salle de conférence…). Elles sont donc maintenues en prenant soin d’appliquer des mesures de précautions : « Gestes barrière », sollicitation des collectivités pour achat de matériel et produits de nettoyage, savons et gels, sachant que les établissements peuvent aussi prendre sur leur « fonds propres » pour faire face à l’urgence.

En ce qui concerne les voyages scolaires : A chaque sollicitation, une analyse sera menée sur les problématiques de risque, ainsi que sur les problématiques de remboursement, afin qu’une décision soit prise, sachant que les choses peuvent « s’accélérer et passer à un rythme supérieur par rapport aux infos dont nous disposons aujourd’hui ». Il faudra donc s’adapter.

Le médecin et l’inspecteur de santé et sécurité au travail ont rappelé la nécessité de bien aérer et ventiler les locaux.

D’autres CHSCTA « extraordinaires » pourront être réunis, en cas de nécessité, afin d’adapter les consignes académiques à l’évolution de la situation sanitaire au sein de l’Académie.

Christophe MAUVILLAIN

Représentant du SNEP-Fsu, élu FSU-CGT au CHSCTA


Campagne classe exceptionnelle 2020

Attention : suite à un retard d’ouverture du serveur sur le portail I-PROF, le délai d’inscription à la campagne « classe exceptionnelle » est réduit de 10 jours. Initialement prévu du 02 au 23 mars, il débutera le 12 mars. Le SNEP-FSU a demandé le report de la fin de saisie, ce que le Ministère a refusé. Toutefois les services de l’académie de POITIERS ont laissé entendre qu’ils feront preuve de souplesse sur les délais de fermeture.

Cette campagne, qui a pour date d’effet le 1er septembre 2020, est conduite à compter du lundi 2 mars 2020 et s’appuie sur la situation des personnels appréciée au 31 août 2020 .

Les collègues en congé parental à la date d’observation (31 août 2020 pour cette campagne) ne sont pas promouvables.

Cette candidature doit être obligatoirement renouvelée à chaque campagne si vous souhaitez que votre dossier soit examiné au titre du vivier 1. En aucun cas, un dossier de candidature déposé pour une campagne antérieure ne pourra être pris en compte pour la campagne 2020 si la démarche n’est pas effectuée à nouveau.

Deux viviers distincts, pour lesquels les conditions requises au 31 août 2020 sont différentes, sont susceptibles d’accéder à la classe exceptionnelle de leur corps :

 

Professeurs EPS

Agrégés EPS

VIVIER 1

Avoir atteint l’ échelon 3 de la Hors Classe au 31/08/2020.
Justifier de 8 années de mission**

Avoir atteint l’ échelon 2 de la Hors Classe au 31/08/2020.
Justifier de 8 années de mission**

VIVIER 2

Avoir atteint l’échelon 6 de la hors classe au 31/08/2020

Avoir atteint l’échelon 4 de la hors classe avec au moins 3 années d’ancienneté, au 31/08/2020

Etude de la recevabilité des candidatures pour le 1er vivier par les services de la DPE

Du lundi 20 avril 2020 au jeudi 7 mai 2020

Du lundi 20 avril 2020 au jeudi 7 mai 2020

Information des candidats non éligibles au 1er vivier après examen de la candidature

A partir du lundi 11 mai 2020

A partir du lundi 11 mai

Avis des corps d’inspection et des chefs d’établissement par voie dématérialisée IProf

Du mardi 12 mai 2020 au vendredi 22 mai 2020

Du mardi 12 mai 2020 au vendredi 22 mai 2020

Consultation par les enseignants des avis émis sur les dossiers par les corps d’inspection et les chefs d’établissement et avis rectrice

Lundi 29 mai

Vendredi 26 mai

DATE CAPA

Mercredi 10 juin 2020 matin

Vendredi 5 juin 2020

DATE CAPN

XXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Début juillet 2020

Les collègues remplissant les conditions d’échelon décrites ci-dessus sont informés par message électronique sur I-Prof et à leur adresse professionnelle qu’ils peuvent, sous réserve de remplir les conditions d’exercice des fonctions éligibles, se porter candidats à l’inscription au tableau d’avancement.

Ils font obligatoirement acte de candidature sur le portail I-Prof entre le lundi 2 mars et le lundi 23 mars 2020 via l’onglet « fonctions et missions » où sont recensées les fonctions particulières prises en compte pour un avancement à la classe exceptionnelle, en remplissant l’annexe III de la note de service ministérielle.

Toutes les pièces justificatives doivent être inscrites sur IProf. Le cas échéant, les documents qui n’auront pu être déposés dans l’application doivent être envoyés pour vendredi 17 avril 2020 à l’adresse suivante : Rectorat de Poitiers DPE – Cellule de gestion collective Classe exceptionnelle ,22 rue Guillaume VII le Troubadour CS 40 625 86022 Poitiers cedex .

** Les Missions retenues pour le vivier 1 : ( Seules les années complètes sont retenues.)

-L’affectation ou l’exercice dans une école, un établissement ou dans un service relevant de l’éducation prioritaire, s’ils correspondent à au moins 50% de l’obligation réglementaire de service de l’agent.

-L’affectation dans l’enseignement supérieur ou l’exercice en CPGE. Les fonctions doivent avoir été exercées sur l’intégralité du service.

-Les fonctions de directeur ou de directeur-adjoint départemental ou régional de l’UNSS

-Les fonctions de formateur académique.

-Les fonctions de tuteur des personnels stagiaires enseignants, d’éducation et psychologues de l’éducation nationale .

Vivier 2 :

L’examen de la situation des personnels éligibles au second vivier n’est pas conditionné à un acte de candidature.

Les collègues concernés (personnels HC ayant atteint le 6ème échelon au plus tard le 31 août 2020) doivent vérifier, compléter et enrichir leur CV sur I-Prof.

Il est fortement recommandé aux collègues remplissant les conditions pour relever à la fois du premier et du second vivier, de se porter candidat au titre du premier vivier, afin d’élargir leurs chances de promotion.

Critères d’appréciation

-L’ancienneté de l’agent dans la plage d’appel, représentée par l’échelon et l’ancienneté conservée dans l’échelon au 31 août 2020.

– Une appréciation qualitative portée sur le parcours de l’agent.

– L’appréciation de la rectrice, que ce soit pour le premier ou pour le second vivier, se décline en quatre degrés : Excellent – Très satisfaisant – Satisfaisant – Insatisfaisant

NB : Pour le premier vivier comme pour le second vivier, les appréciations « Excellent » et « Très satisfaisant » sont contingentées, à hauteur de 20% max au vivier 1 et 5% max au vivier 2 pour les avis « excellent ».

Circulaire_Classe exceptionnelle_PEPS

Circulaire_Classe exceptionnelle_Agrégés


COVID-19 : Lettre ouverte à Madame la Rectrice.

Madame la Rectrice de l’Académie de Poitiers,

Nous connaissons une situation très inquiétante dans notre pays avec l’arrivée du COVID-19. Le territoire de notre région académique est désormais concerné. Le SNEP-FSU Poitiers tient à vous faire part de son analyse à la vue des quelques prescriptions émises par le ministère de la santé.

Vous n’êtes pas sans savoir que l’EPS, est une discipline scolaire d’enseignement utilisant comme support les activités physiques, sportives et artistiques dans une finalité éducative. L’outil essentiel des élèves pour travailler cette discipline est leur corps. Associé à différents milieux, contextes et matériaux, les collégiens, lycéens et autres sont donc exposés à différentes contraintes. C’est dans ce cadre que nous vous interpellons car les situations vécues par nos élèves ne répondent pas au degré d’exigence dans une période où nous allons potentiellement passer en phase 3 ou tout au moins en phase 2 « renforcée » .

Nous savons que le virus ne circule pas tout seul, c’est l’homme, porteur du virus, qui le transmet. Dans ce contexte, nous pensons que, si l’Etat ne prend pas de réelles mesures dès à présent, l’exposition au virus pourrait déclencher une véritable pandémie chez nos élèves, leurs familles mais également chez les enseignants d’EPS.

Actuellement en phase 2, nous pouvons lire sur le Site : « https://www.gouvernement.fr/infocoronavirus », au chapitre « Consignes sanitaires » que parmi « les gestes barrières », il est préconisé « de se saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades ». Le SNEP-FSU Poitiers considère que cette prescription est en totale adéquation par rapport au mode de transmission volatile du COVID-19. Pour nous, cela signifie qu’il faut éviter TOUT contact physique du haut du corps entre personne. Or dans la pratique quotidienne de nos activités, tous les acteurs d’une séance d’EPS ne cessent d’échanger des gestes qui peuvent répandre le virus.

Quelques exemples :

– L’ACROSPORT : tous les acteurs sont en contact entre eux pour constituer des pyramides ou effectuer des figures à plusieurs…

– La GYMNASTIQUE SPORTIVE : les acteurs utilisent les aides et les parades…

– Les sports de combat de préhension : LUTTE, JUDO avec un travail en corps à corps…

– Les sports collectifs : en premier lieu le RUGBY de par sa spécificité de contact mais aussi le HAND, le BASKET, le VOLLEY où il y a transmission d’un objet potentiellement contaminé (ballon).

– Les sports de raquettes avec les balles et volants contaminables également par l’alternance du service : TENNIS, TENNIS DE TABLE, BADMINTON… – L’ESCALADE avec la manipulation des cordes mais aussi l’utilisation des prises pour grimper… mais également en APPN la COURSE D’ORIENTATION avec l’échange de boussoles, de cartes…

– La COURSE DE RELAIS et le passage de témoin….

– Sans compter l’utilisation de petits matériels comme les sifflets, chronomètres, dossards…

La liste n’est pas exhaustive loin de là.

Dans son message vidéo du 7 mars, le ministre de l’Education Nationale annonce que « la stratégie est de freiner sa propagation ». A l’heure actuelle sur notre territoire académique, rien n’est fait dans ce sens.

C’est pour quoi, Madame la Rectrice, le SNEP-FSU Poitiers vous interpelle solennellement pour que vous preniez les décisions adéquates afin de préserver du virus les élèves, leurs familles mais également tous les enseignants d’EPS et
plus particulièrement les plus âgés-es et les plus vulnérables, souffrants déjà d’une maladie chronique.

Le SNEP-FSU Poitiers estime que nous sommes dans l’urgence absolue pour éviter que l’EPS soit un vecteur de transmission pandémique. Nous espérons vivement que ces éléments spécifiques seront abordés lors du CHSCT-Académique Extraordinaire prévu demain mercredi 11 mars sur les disposition liées au Coronavirus, et que des dispositions particulières à l’enseignement de l’EPS seront annoncées.

Bien évidemment, nous restons à votre disposition. Il est souhaitable que nous échangions à ce sujet.

Très respectueusement.

A Poitiers le 10 mars 2020.

Copie à :

Monsieur Thierry MARCHIVE, IA-IPR EPS

Monsieur Jean-Charles THEVENOT, IA-IPR EPS

Bien cordialement,

Christophe Mauvillain

Secrétaire académique du SNEP-FSU
Académie de Poitiers

16, avenue du Parc d’Artillerie
86034 Poitiers – France
Téléphone : +33 (0) 549 526 199 / 06 31 02 40 12
Télécopie : +33 (0) 549 370 024
Courriel : s3-poitiers@snepfsu.net


Bulletin académique n°4 du 14/02/20

Bulletin académique du 14 février 2020

Convocation stage mutation intra-académique

Autorisation d’absence stage mutation intra.


Déclaration liminaire au Conseil Régional UNSS du 10 février 2020 :

« Ce premier CR UNSS de l’année se tient au lendemain de la semaine Olympique et Paralympique qui est organisée chaque année par le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, en partenariat avec le ministère des Sports et le mouvement sportif français. Mais derrière les paillettes et les discours, aucune mesure réelle n’est prise en faveur du sport à l’école.

Le ministre, depuis le début de son mandat, joue sur la polysémie des mots pour faire illusion. Il entonne régulièrement la petite ritournelle des fameuses valeurs du sport au sens générique du terme, un peu comme si, à l’image de la petite souris, il suffisait de tremper un élève dans le sport pour qu’il en ressorte transformé. Il parle de développement du sport à l’école et n’envoie aucun signe quant aux inquiétudes de la place de l’EPS dans le système éducatif. Le SNEP FSU continue de demander une révision urgente des programmes d’EPS qui ont gommé toute référence aux savoirs sportifs et artistiques à étudier. L’épreuve du DNB (brevet) a été supprimée et le caractère national du Bac a disparu puisque les équipes, dans chaque lycée, déterminent les modalités d’évaluation.

Renaud Lavillenie, champion olympique de perche, un temps étudiant au STAPS de Poitiers, parrain de l’UNSS le dit à sa manière dans un quotidien national, « Le sport-scolaire manque de visibilité, pourtant il peut être une manière d’amener les jeunes à la pratique et à la compétition. Mais en EPS il y a de plus en plus de théorie au détriment de la pratique et des savoir-faire. Au plus haut niveau de l’Education nationale, cela manque de directives précises pour savoir vers quoi on veut tendre en matière de développement du sport. Du coup j’ai le sentiment que les professeurs sont un peu laissés de côté, coupés du modèle sportif et font chacun dans leur coin… »

Étrange façon de préparer la génération de 2024… « 

Déclaration liminaire intégrale.

Stage mutation intra 2020
Stage mutation intra 2020
Mardi 17 mars 2020, de 9h30 à 17h

Maison des associations 8, rue Joseph Cugnot 79000 NIORT

Nous vivons une situation historique et dramatique concernant le déroulement des opérations de mutation, puisque pour la première fois depuis que le mouvement des personnels existe, il se fera sans le contrôle des commissaires paritaires du SNEP, élus du personnel (lire la suite).


Compte rendu de la CAPA EPS Avancement d’échelon du lundi 3 Février 2020

Cette instance s’est tenue le lundi 03 février 2020 au rectorat en présence de l’Administration, du corps d’inspection et de représentants du personnel.

C’était la dernière fois que nous siégions pour cette instance puisque désormais, les opérations de promotions et d’avancements d’échelon se feront sans que les élus du personnel puissent exercer un contrôle sur le processus.

Cette année, 57 collègues pouvaient bénéficier légitimement d’une accélération de carrière (30 pour l’échelon 7 et 27 pour l’échelon 9).

Le nouveau système du déroulé réduit les injustices, avec deux années d’écart seulement entre une carrière accélérée et une qui ne l’est pas contre 10 à 12 ans entre une carrière faite au grand choix et une à l’ancienneté avec l’ancien système.

Le SNEP FSU a cependant dénoncé une fois de plus le choix de l’Administration de ne permettre qu’à un contingent de 30% (17 collègues) de bénéficier d’une accélération de carrière d’un an, pénalisant 40 collègues alors que leurs compétences professionnelles ne sont pas remises en cause. Le mérite s’arrête-t-il à 30% ?

Si l’équilibre homme-femme a mieux été respecté, les critères de choix (ancienneté dans l’échelon puis âge) peuvent encore créer de l’injustice et de l’incompréhension chez les collègues. Beaucoup seront déçus de ne pas pouvoir bénéficier de cette accélération et de ce bonus de salaire dans le contexte actuel pour la simple raison qu’ils sont trop jeunes et/ou qu’ils ne rentrent pas dans les « quotas » !!

Pour le passage à l’échelon 7, 9 collègues (sur 30) ,5 femmes/4 hommes, ont bénéficié d’une accélération. 6 avaient un avis « excellent » et 2 des 11 avis « très satisfaisant » ont été accélérés par une plus grande ancienneté dans le grade. Enfin, une collègue notée « satisfaisant » a été majorée et a bénéficié de l’accélération de carrière hors barème en application de l’« article 23bis de la loi n°83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant sur les droits et obligations des fonctionnaires »( collègue déchargée à 70% depuis plus de 6 mois et n’ayant pas bénéficié de Rdv de carrière).

Non averti au préalable au sujet de cette modification, le SNEP est intervenu pour demander que cette collègue soit « accélérée » en dehors du processus mis en place, permettant ainsi au 3e collègue « très satisfaisant » de faire partie des 9 bénéficiaires. Réponse négative de l’administration.

Pour le passage au 9e échelon, 8 collègues (sur 27) dont 5 femmes et 3 hommes ont bénéficié d’une accélération. 3 avaient un avis « excellent » et 5 des 20 avis « très satisfaisant » ont été accélérés par une plus grande ancienneté dans le grade (3 collègues) et par le fait d’être plus âgé…( 2 collègues).

Enfin des collègues absents de la liste ou avec un avis « non renseigné » n’ont pas la possibilité de postuler pour cette accélération.

Par conséquent, le SNEP-FSU continue de revendiquer un avancement unique au rythme le plus favorable pour tous en déconnectant totalement l’avancement de l’évaluation et en supprimant un quelconque « quota » de bénéficiaires à l’avancement, choix qui reproduisent les mêmes injustices décriées dans l’ancien système d’avancement.

Les commissaires paritaires du SNEP-FSU


Compte-rendu du CTA du 29 janvier 2021

Le Comité Technique Académique s’est tenu ce mercredi 29 janvier. Au sommaire : moyens alloués.

Lire l’article.


Compte rendu de la CAPA « Recours » sur les rendez vous de carrière

Cette instance s’est tenue le mardi 21 janvier 2020 au rectorat en présence de l’Administration, du corps d’inspection et de représentants du personnel.

C’est la première fois que nous siégeons pour cette instance puisque l’an passé , aucun recours n’avait été formulé par les collègues .

Cette année, sur les 93 collègues vu en rendez vous de carrière, 5 ont décidé de saisir cette CAPA pour demander la révision de l’avis posé par la rectrice .

Le SNEP FSU a dénoncé les modalités, trop longues et complexes pour ces recours, qui dissuadent nombre de collègues et pour lesquelles même les services du rectorat sont en difficultés pour respecter les procédures et les délais de réponse.

En effet , la mise en place des nouvelles modalités d’évaluation permet à chaque enseignant de bénéficier de 3 rendez vous de carrière définis statutairement . Cet élément est une avancée importante car il favorise l’équité entre les collègues. Le problème réside dans les quotas de promotions, induisant incompréhensions et rancœurs vis-à-vis du système global . Comment concevoir lorsque l’on obtient 9 items « excellent » et d’excellentes appréciations des évaluateurs ( chef d’établissement et IPR ), d’avoir comme avis final « très satisfaisant » ? Cette grille d’évaluation, même si nous continuons d’avoir des désaccords, a le mérite d’être transparente mais elle est dénaturée car ce sont en fait les quotas pour chaque avis qui déterminent les niveaux de compétence de chacun et chacune .

L’étude de chacun des cas a montré ces limites et nous avons obtenu, en accord avec le Rectorat que la situation de deux collègues soit immédiatement révisée, leur avis final passant de « très satisfaisant » à « excellent », deux autres situations ont été soumises au vote et seront soumises à la décision de la rectrice.

Nous engageons tous les collègues qui sont dans l’incompréhension de ces évaluations à utiliser ces recours malgré la lourdeur des démarches et à contacter vos élus du SNEP FSU pour vous guider .


La FSU et la CGT Educ’Action refusent de cautionner le démantèlement de l’Education Nationale sur l’Académie de Poitiers

Aujourd’hui, jeudi 23 janvier, devait se tenir le Comité Technique de l’Académie de Poitiers présidé par la Rectrice de l’Académie. La FSU et la CGT Educ’Action ont décidé de ne pas siéger. La FSU et la CGT Educ’Action veulent ainsi alerter la profession et l’opinion publique sur les attaques subies par l’Education Nationale et qui font l’ordre du jour de comité.

En effet, ce Comité Technique Académique doit acter des fermetures de postes et des baisses de moyens qui sont annoncées à tous les niveaux :

– 5 postes en moins dans le primaire avec en même temps l’injonction de trouver 175 postes pour répondre aux promesses présidentielles (GS-CP-CE1 à 24 élèves/classe) ;
– 50 ETP (équivalent temps plein) en moins sur les collèges et les lycées malgré des effectifs stables, avec une augmentation des heures supplémentaires et l’accroissement des inégalités territoriales (établissements ruraux fortement impactés, mise en œuvre de la réforme du lycée. Il y aura notamment 7.5 postes en moins pour effectuer les remplacements dans le 2nd degré qui selon le ministère est une de ses « préoccupations majeures » ;
– 21 postes en moins dans les lycées professionnels alors que le ministre parle d’augmenter pour cette filière « son attractivité et son prestige » ;
– 2 postes en moins en EREA qui sont les seules structures qui proposent des internats éducatifs, alors que le gouvernement relance un nouveau plan pour le développement des internats
– 2 postes en moins au niveau administratif dans le cadre des fusions des régions alors que la réforme territoriale était présentée ainsi « la réorganisation des services n’a pas p our objectif la suppression d’emplois »

Ce comité technique académique doit acter aussi la fin du dialogue social dans la gestion des carrières des personnels. En effet, l’application de la loi de transformation publique voit ses premières mesures mises en œuvre et donc l’exclusion des élu-es de la profession dans tout ce qui concerne la mobilité des personnels. C’est une régression absolue pour les personnels qui amènera de nombreuses erreurs dans les affectations des personnels et de l’opacité dans les choix de l’administration.

Enfin, pour les personnels FSU et CGT Educ’Action, ne pas siéger à cette instance pour la faire re