Sport scolaire

NON LA COVID N’AURA PAS LA PEAU DU SPORT SCOLAIRE !

Comme l’a rappelé le DASEN, M. Claverie, lors du dernier CD UNSS 86, les professeurs d’EPS ont su s’adapter lors de cette rentrée inédite.  Ce conseil départemental a été l’occasion pour les coordonnateurs de district présents, de prouver que les rencontres sportives  pouvaient se tenir (par demi-districts, désinfection du matériel, port du masque lors des regroupements). Malgré des textes ministériels ambigus quant à la reprise du sport scolaire, les collègues de l’académie ont su trouver les ressources pour proposer à nos élèves des rencontres sportives de qualité le mercredi après-midi. Ce n’est pas le cas dans toutes les académies où des enseignants d’EPS ne sont toujours pas autorisés à se rendre sur les rencontres proposées, après décision du préfet ou du recteur.

La journée nationale du sport scolaire a dans notre académie été maintenue avec ici ou là des manifestations sportives, en respectant les règles sanitaires convenues avec les directeurs départementaux UNSS.

Nous pouvons avec certitude dire que cette rentrée n’a pas été anticipée par nos politiques (textes parus après la rentrée). Et pour rajouter à tout cela, la direction nationale de l’UNSS a sorti un nouvel outil OPUSS 2, censé être plus ergonomique, plus intuitif. Erreur, le secrétariat de la direction régionale UNSS a été submergé d’appels, suite aux nombreux bugs et problèmes de modalités de connexion.

Il reste malgré tout des chefs d’établissement à convaincre pour laisser sortir des établissements  les licenciés des A.S. Des négociations sont en cours avec des collectivités locales afin de permettre l’utilisation des vestiaires et l’accès aux douches. Certains parents sont encore réticents à inscrire leur enfant dans les associations sportives scolaires, faisant l’amalgame entre les clubs et les A.S d’établissement.

A l’heure où vous lirez ces lignes, le CA de l’UNSS aura sans doute annoncé des réajustements financiers pour 2020/2021, notamment une réduction exceptionnelle sur le prix des contrats licences, donnant une bouffée d’oxygène  à certaines A.S en difficulté financière. Cette demande a été réclamée par les élus des A.S dès le mois de juin. Les championnats de France UNSS n’auront sans doute pas lieu cette année, expliquant pour une part cette décision budgétaire.

Continuons de proposer à nos élèves des créneaux d’entraînement durant la pause méridienne, des rencontres sportives ou des compétitions le mercredi après-midi,  intra ou extra-muros.

Et restons vigilants, le 2S2C n’est pas aux oubliettes, il plane au-dessus de nos têtes avec son budget de 250 millions d’euros.

Mehdi HENNOUNI, élu des A.S


Déclaration liminaire au Conseil Régional UNSS du 10 février 2020

« Ce premier CR UNSS de l’année se tient au lendemain de la semaine Olympique et Paralympique qui est organisée chaque année par le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, en partenariat avec le ministère des Sports et le mouvement sportif français. Mais derrière les paillettes et les discours, aucune mesure réelle n’est prise en faveur du sport à l’école.

Le ministre, depuis le début de son mandat, joue sur la polysémie des mots pour faire illusion. Il entonne régulièrement la petite ritournelle des fameuses valeurs du sport au sens générique du terme, un peu comme si, à l’image de la petite souris, il suffisait de tremper un élève dans le sport pour qu’il en ressorte transformé. Il parle de développement du sport à l’école et n’envoie aucun signe quant aux inquiétudes de la place de l’EPS dans le système éducatif. Le SNEP FSU continue de demander une révision urgente des programmes d’EPS qui ont gommé toute référence aux savoirs sportifs et artistiques à étudier. L’épreuve du DNB (brevet) a été supprimée et le caractère national du Bac a disparu puisque les équipes, dans chaque lycée, déterminent les modalités d’évaluation.

Renaud Lavillenie, champion olympique de perche, un temps étudiant au STAPS de Poitiers, parrain de l’UNSS le dit à sa manière dans un quotidien national, « Le sport-scolaire manque de visibilité, pourtant il peut être une manière d’amener les jeunes à la pratique et à la compétition. Mais en EPS il y a de plus en plus de théorie au détriment de la pratique et des savoir-faire. Au plus haut niveau de l’Education nationale, cela manque de directives précises pour savoir vers quoi on veut tendre en matière de développement du sport. Du coup j’ai le sentiment que les professeurs sont un peu laissés de côté, coupés du modèle sportif et font chacun dans leur coin… »

Étrange façon de préparer la génération de 2024… « 

Déclaration liminaire intégrale.

 


ELECTIONS DEPARTEMENTALES UNSS
Nous sommes dans la période de vote pour l’ élection de vos représentants collègues EPS, dans les instances UNSS ( conseil départemental et conseil régional ).
 
Vous trouverez ci-dessous les modalités de vote , un modèle de procès verbal à renvoyer au bureau départemental UNSS et un modèle de convocation pour les membres de votre comité directeur .

Les instances concernées sont essentielles au fonctionnement de l’UNSS, car ce sont elles qui définissent les politiques de l’UNSS, au niveau départemental, régional et national.

Le SNEP est attaché à la tenue de ces élections, car elles garantissent une représentation des enseignants d’EPS, animateurs des associations sportives d‘établissement, dans la définition des politiques de l’UNSS. C’est donc un moment important pour contribuer à défendre et à promouvoir le service public du sport scolaire, dans la continuité des luttes importantes menées par la profession, au cours de l’année qui vient de s’écouler.

 
 
Candidatures des animateurs des AS

 

Il s’agit d’élire trois collègues titulaires et trois suppléants.

L’élection se fera par scrutin de liste. « Les candidats à la représentation doivent constituer des listes de six membres. »

Chacun doit bien comprendre que l‘élection de représentants des AS qui s’engageront sur une plate-forme offensive et exigeante pour le développement du sport scolaire est une question décisive.

L’exigence de listes complètes (3 titulaires, 3 suppléants) fixée dans la circulaire encadrant les élections est un enjeu essentiel, il est garant de l’unité d’action des élus face à l’institution tout en démontrant le dynamisme du sport scolaire. Cette unité est indispensable pour faire entendre la voix des AS.
Calendrier

  • Du 6 au 22 novembre, organisation des élections dans chaque AS, des candidats enseignants EPS et des élèves, pour le CDUNSS.
  • 25 novembre au plus tard, l’IA-Dasen annonce les résultats.
  • 6 décembre, appel à candidatures pour les élections au CRUNSS.
  • 15 janvier 2020 au plus tard, dépôt des candidatures pour le CRUNSS.
  • 3 février au plus tard, élections par les membres des conseils départementaux de 4 représentants au CRUNSS.
  • Au cours du mois de mars, appel à candidatures à l’AG de la direction nationale UNSS.
  • fin mars, élections par les représentants aux CRUNSS des 15 représentants nationaux des animateurs des AS.

Exemple de modèle de convocation du Comité Directeur de l’AS:

Modèle de convocation que la-le président-e d’AS peut adresser aux membres du comité directeur

Attention la période élective est du 6 au 22 novembre 2019, les résultats doivent être adressés par la-le présidente de l’AS et parvenir à l’IA-Dasen au plus tard le 25 novembre (voir modèle de PV)

Toutes les modalités permettant la plus grande participation sont possibles (sauf la procuration)

AS (nom et adresse complète)

Tous les 4 ans, l’UNSS organise des élections pour renouveler les représentants des Associations Sportives (AS) d’établissement au Conseil Départemental de l’UNSS.

 

Sont électeurs tous les membres du comité directeur de l’AS de notre établissement, membres dont vous faites partie.

 

Vous trouverez joints à ce courrier :

  • les listes de candidat-es et les professions de foi éventuelles
  • une convocation à la réunion du comité directeur qui se tiendra :

(date)………  à (horaire) ………….(lieu)…………

qui organisera le dépouillement des votes et procèdera à la rédaction du procès-verbal.

 

Il s’agit d’un scrutin de listes à la proportionnelle à la plus forte moyenne.

Si vous utilisez les listes envoyées par l’UNSS : vous ne devrez par conséquent, ni rayer, ni panacher les listes, faute de quoi votre bulletin serait annulé.

Ou si vous utilisez des bulletins blancs : chaque membre du comité directeur écrira (ou non) le nom de la liste sur un bulletin vierge sans signe distinctif qu’il insérera dans une enveloppe avant de la déposer dans l’urne.

 

Les résultats, visés par la-le présidente de l’AS et deux assesseurs, seront immédiatement transmis à l’Inspecteur d’Académie, Directeur Académique des Services de l’Education Nationale.

 

Comptant sur votre participation pour faire de cette élection un moment d’expression démocratique au sein de notre association sportive d’établissement et de l’Union Nationale du Sport Scolaire à laquelle elle est affiliée.

 

Madame, Monsieur……………..,

Principal-e, Proviseur-e  de …..(établissement)

Président-e de l’AS

 

Maintenant, à vous de voter !

Le bureau académique du SNEP-FSU Poitiers

Modèle_convoc_comité_directeur

Guide_organisation_élections_unss


CONTRE LA DIMINUTION DES MOYENS POUR LE SERVICE PUBLIC DU SPORT SCOLAIRE, POUR UNE VÉRITABLE AMBITION ÉDUCATIVE pour l’EPS et l’École

Nous continuons à œuvrer pour le développement du service public du sport scolaire en dénonçant :

– La hausse du coût de la licence de 10% à la rentrée 2018,
– Le sport scolaire empêché le mercredi, suite à des stages de formation imposés le mercredi pour la mise en place de la réforme du collège,
– La faiblesse de la rémunération des coordonnateurs de district,
– Le sous recrutement d’enseignants en EPS qui a fait qu’à la rentrée 2018, il manquait des professeurs d’EPS et donc des animateurs du sport scolaire dans une dizaine d’établissements,
– Le mercredi pris pour la mise en place des spécialités(dans le cadre de la réforme des lycées) dans certains établissements
– …

Pourtant, les discours d’introduction des représentants de l’Éducation Nationale sont édifiants :

Place de l’EPS et du sport à l’école, enjeux de formation, de santé, parcours sportif, Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 et « labellisation » des établissements. Le sport scolaire (et l’EPS) est extrêmement important dans les discours… mais dans les actes, ces services publics sont gravement attaqués. Le vernis communicationnel du ministre ne tient plus et nous appelons la profession, mais aussi les usagers à réagir pour demander les moyens pour le développement d’un service public du sport scolaire à la hauteur de ses ambitions.

Merci à toutes et tous les collègues qui ont rempli et qui nous ont remis les Enquêtes de rentrée lors des AGD UNSS, ce qui nous permettra, après analyse, de porter les problèmes rencontrés par les Equipes EPS dans les établissements lors des instances et audiences avec administration auxquelles nous participons, la prochaine étant le Mardi 10 septembre avec les services du Secrétariat général du rectorat, de la DRH et de la DPE, pour faire un premier bilan de rentrée et des opérations promotions et de mutations intra 2019.

Bonne rentrée 2019 vigilante, ambitieuse et combative à toutes et à tous,

Avec le SNEP-fsu, j’agis !

L’equipe du SNEP-fsu Poitiers


CDUNSS Charente-Maritime

Le CDUNSS de Charente-Maritime s’est tenu mercredi 30 janvier 2019, de 9h30 à 12h au collège Camus de La Rochelle, sous la présidence de Madame Baillou, nouvelle Directrice Académique de Charente-Maritime, Présidente de l’UNSS 17.

Une instance qui a reuni plus de 20 personnes dont :
13 membres du CDUNSS (sur 20 membres) : le vice-président du Conseil Départemental monsieur Villain , Pascal Leblanc DDUNSS, les chefs d’établissement présidents d’AS (Madame Motillon collège Beauregard, Messieurs Elise Lycée Dautet, Frimond LP Rompsay et Pairel collège Guiton) , le président du CDOS monsieur Bourgne, les présidentes de la PEEP et de la FCPE mesdames Herviou et Aulier, les élus des AS Marie Le Melledo et Denis Lecamp, Vincent Mocquet secrétaire départemental du SNEP-FSU, seul syndicat présent.

6 invités :
Vincent Michaud DRUNSS, Madame Léonidas pour la ville de La Rochelle, Messieurs Sallaud et Varlet du Conseil Départemental, monsieur Schleifer principal du collège Camus, Martine Collemare cordo de district ainsi que la directrice de cabinet de la DASEN madame Vandenbrouck, Florence Tourillon secrétaire du DDUNSS et Marine Hudon emploi civique au sein de la DDUNSS.

Madame le Présidente a ouvert la séance en se présentant. Elle a pu ainsi exprimer son attachement au sport scolaire et le lien particulier qu’elle a toujours eu avec notre profession.

L’occasion aussi de rappeler son exigence d’une présidence effective des AS par les chefs d’établissement et de ne pas voir cette prérogative déléguée à d’autres.

Le SNEP a ensuite pris la parole pour saluer cet engagement et de rappeler les leviers dont elle dispose pour favoriser le développement du sport scolaire en étant notamment attentive au maintien des postes comme autant de forfaits d’AS de 3 heures.

Le SNEP, seule organisation syndicale présente à cette instance a lu une déclaration (voir pièce jointe), avant que ne soit abordé l’ordre du jour :
1 Bilan 2017 / 2018
– Programme sportif
– Résultats sportifs des A.S.
– Données chiffrées : Les Licenciés
– Données chiffrées : Les Jeunes Officiels

2 Bilan Financier
– Chèques Sports – Bilan 2017 / 2018
– Compte de résultat provisoire 2018
– Budget prévisionnel 2019

3 Perspectives 2018 / 2019
– Programme sportif 2018 / 2019,
– Déclinaison Académique et Départementale,
– Focus Echange / Génération 2024,
– Focus / Sport Partagé,
– Championnat de France Rugby Mai 2019,
– Questions Diverses.

Nous sommes intervenus sur les différents points soulevés et évoqués dans la déclaration.

2 sujets ont fait l’objet d’échanges plus approfondis :

Le sport partagé :
Un long échange a eu lieu sur le sujet du Sport Partagé, facilité par la présence de Marie Le Melledo élue des AS, qui fait référence en la matière dans notre département.
Département qui, par la voie de son vice-président, s’est dit très intéressé par tout ce que se met en place et souhaite apporter son soutien aux différents projets en cours et à venir.

Les JOP 2024 et génération 2024 :
Un projet qui ne trouve pas l’écho espéré auprès des établissements scolaires. A ce jour, seuls 7 collèges et 2 lycées ont été « labellisés ». Le premier obstacle mentionné porterait sur le manque de lisibilité du dispositif et la difficulté d’y trouver du sens et de la cohérence.
Le SNEP est intervenu particulièrement sur ce dernier point, rappelant l’incohérence de la politique sportive gouvernementale qui prévoit une baisse des budgets alloués aux sports et la suppression d’un grand nombre de postes de cadres techniques.

L’ordre du jour étant épuisé la séance est levée à 12h.

Compte rendu réalisé par Vincent Mocquet, secrétaire départemental du SNEP-FSU Charente-Maritime, membre du CDUNSS

Déclaration du SNEP-FSU 17


Déclaration liminaire du SNEP-FSU au 1er CR UNSS 2019

Lors du premier conseil régional de l’UNSS, les représentants du SNEP-FSU POITIERS ont adressé un courrier à M. Le Recteur.

Quel rôle le CR UNSS peut-il jouer dans un contexte de crise sociale aigüe ? Certaines thématiques du « Grand débat » n’ont elles pas toute leur place au sein de cette instance ?

M. Le Président de la République a émis 3 souhaits en ce début d’année : un vœu de vérité, un vœu de dignité et un vœu d’espoir. Où est la vérité lorsque la carte de formations de la réforme des lycées se décide en catimini ? Où est la dignité lorsqu’on supprime 141 ETP (Équivalent Temps Plein) à la rentrée, rendant notre métier de plus en plus complexe et de moins en moins reconnu ? Enfin, où est l’espoir, lorsqu’on sait comment se trame la fusion des 3 académies de la région « Grande Aquitaine » ?

Déclaration du SNEP-FSU

Compte-rendu CR UNSS


Les idées fortes du SNEP-FSU Poitiers sur le SUAPS, et la FFSU:

     Dans ses missions d’accès à la culture générale, de formation de l’esprit critique (citoyen cultivé et autonome), de contribution aux objectifs de santé publique, l’enseignement supérieur ne peut pas ignorer les contenus liés au sport et aux pratiques physiques. Le développement de la pratique physique critique (réflexive) doit être développé pour tous et sans opposer des modalités  type compétitive, loisirs, santé. Se limiter à maintenir l’existant avec seulement 20% de pratiquants en moyenne serait prendre le risque d’enfermer et d’affaiblir l’EPS et le Sport dans une autonomie des Universités de plus en plus accrue, laissant les SUAPS et la FFSU être tributaires des rapports de forces locaux de toutes natures. Pour le SNEP, qui s’est battu et a agit depuis 5 ans pour sauvegarder les postes EPS du SUAPS et de la FSS de l’université de Poitiers, il est déterminant de prendre appui sur des leviers nationaux.

Dans ce contexte les conclusions du rapport  Auneau-Diagana sur le développement du Sport à l’Université peuvent constituer des points d’appuis, sans pour autant nous exonérer d’une vigilance de tous les instants. L’UE Obligatoire  (EPS) inscrite dans l’emploi du temps de l’étudiant et dans les maquettes est un outil déterminant, à condition qu’y soient adossés, comme le demande le SNEP, des créations de postes, un financement conséquent des SUAPS, pérennisé et assis principalement sur une dotation État, en crédits fléchés, donc spécifiques, avec plan d’urgence national « installations sportives ».

A cette condition, le SNEP revendiquerait la mise en place d’un « Droit sport » très modique mutualisé, rendu obligatoire comme la BU ou la médecine préventive des étudiants. Ce « Droit sport » ne doit venir qu’en complément de l’engagement en tout premier de l’état, et pourrait permettre un développement pour chacun et pour tous du sport à l’Université. Certes,  l’UEO interroge nos pratiques professionnelles et pose la problématique de la gestion d’une nouvelle population en terme de motivation, de mixité, d’hétérogénéité de niveaux de pratique, à l’image de la réalité professionnelle complexe des enseignants d’EPS dans le second degré. Il existe des réponses professionnelles à ce type de difficultés.

La liberté pédagogique, de contenu, d’évaluation, un choix d’APS divers très ouvert, ne constituent pas un manque

d’exigences,  mais au contraire permettent une énorme marge de gestion différenciée de la motivation des étudiants.

Le SNEP-Poitiers œuvre pour faire reconnaître l’EPS comme une discipline d’enseignement et de formation ayant toute sa place au sein de l’Université, y compris dans son volet animation et FFSU.

 

Fabrice Biron, SUAPS-Université de Poitiers


Sport scolaire: Nous n’avons jamais lâché : Une victoire qui en appelle d’autres!

Au niveau national:

Ces trois dernières années ont été riches d’évènements au sein du sport scolaire, avec notamment la promulgation du décret du 07 mai 2014 tant attendu, qui consacre et pérennise le sport scolaire du second degré comme partie intégrante des missions de l’Etat et du service public d’éducation avec le forfait 3h pour tous.
Rappelons pour la petite histoire que ce décret a abrogé le décret Mazeaud-Soisson de 1978 qui avait scandaleusement réduit à 2 heures le forfait pour le sport scolaire. Notons de plus  le statut de coordonnateur de district enfin reconnu au niveau national. Le SNEP-FSU a aussi obtenu la réintégration des cadres de l’UNSS au sein de l’Education Nationale.

 

Dans l’académie de Poitiers:
Les propositions constructive du SNEP et des élus des AS au CR UNSS ont souvent été prises en compte et on a pu assister à de nombreux changements :

Trois Directeurs régionaux de l’UNSS se sont ainsi succédés, chacun assurant une politique académique dynamique et novatrice, avec notamment le retour des grands événements promotionnels de début d’année scolaire et le développement de la pratique régulière et émancipatrice des filles. De l’échelon départemental jusqu’au niveau national, les élus des A.S ont pu œuvrer pour que toutes les associations sportives puissent fonctionner dans les meilleures conditions.

Les A.S ayant des difficultés de fonctionnement importantes, principalement  financières, ont été aidées par un fonds spécial. D’autre part, le Conseil Régional Poitou-Charentes, sous l’impulsion du SNEP-FSU, maintient depuis de nombreuses années ses aides envers le sport scolaire, notamment avec le ticket sport pour les lycées, pour un montant total d’environs 50 000 euros.
La Coordination SNEP-Fsu Nouvelle-Aquitaine œuvre aujourd’hui  au niveau deu Conseil Régional de laGrande Région Nouvelle-Aquitaine pour transposer cette aide qui a aidé à résorber les inégalités sociales et de genre dans l’accès au sport scolaire (prncipalement dans les LP), au niveau des PEJ (Projet Educatif Jeune) à construire au sein des établissements (Cf Compte rendu de l’Audience SNEP-Région du vendredi 9 novembre 2018).

Ceci s’additionne au poids des chiffres obtenus par le SNEP et les élus des AS au niveau de l’AG Nationale: + 1,2 million d’euros de subvention du MEN à l’UNSS (+80% à celle de 2013, gel du prix des licences (contre +2,5% lors du budget 2013). Mais aujourd’hui, nous combattons toujours (avec l’ensemble de la profession qui a massivement voté « contre » avec le Carton Rouge SNEP donné au ministre Blanquer, lors des AG de renrée) le principe de l’augmentation de 1°% du coût d’affiliation  des AS qui sera imanquablement reporté sur les jeunes et leurs familles.

 

Un soutien indéfectible aux collègues cadres UNSS:
Seul le SNEP-FSU n’a cessé de porter les revendications des cadres et a obtenu avec leurs représentants une augmentation de 600 à 700 euros de leurs indemnités annuelles, et poursuit son action pour le maintien et la création des postes, gérés nationalement.

 

Disons le haut et fort : Avec le SNEP-FSU, le sport scolaire est un droit pour tous!   

 

Mehdi Hennouni

Elu national des AS à l’AG de l’UNSS

 

Carton rouge à JM BLANQUER

Après le vote en AG UNSS d’une très grande majorité de collègues contre l’augmentation de 10% du prix d’affiliation

des AS à l’UNSS, c’est directement à la représentante de M. BLANQUER que le SNEP-FSU POITIERS a donné le fameux carton rouge.

M. le Ministre et sa suite de conseillers étaient en effet de passage à POITIERS ce lundi 10 septembre. Belle était l’occasion de lui faire savoir le mécontentement de la profession.

 


Augmentation du prix de l’affiliation à l’UNSS : les collègues de l’académie expriment leur mécontentement

Avec le SNEP-Fsu, la Profession des enseignants d’EPS de Poitiers vote massivement contre l’augmentation de 10% du prix d’affiliation des AS à l’UNSS, faisant ainsi peser sur les familles des jeunes, une part toujours plus importante du budget de fonctionnement de l’UNSS (+de 35%).

Ce vote exprime non seulement l’injustice que représente cette augmentation, puisque ce sont les familles et les AS qui vont devoir l’assumer, mais aussi la manière anti-démocratique dont le ministère a fait voter cette hausse du budget (Cf. la pétition des élu-es des AS).

Pourtant l’UNSS constitue le Service Public du Sport-Scolaire. A 6 ans des JOP Paris 2024, alors que de nombreux sportifs des futures équipes de France sont dans nos établissements, pour marquer symboliquement le refus de cette décision aussi socialement injuste que mortifère pour le développement d’un modèle sportif émancipateur, démocratique et performant : un Carton Rouge a été asséné au ministre JM Blanquer, qui est aussi le Président de l’UNSS Nationale.

 

 

 

 

 


Déclaration liminaire du SNEP-FSU au CR UNSS du 17 mai 2018.

Les délégués du SNEP ont fait part de leurs inquiétudes au CR UNSS ce 17 mai 2018 : réforme des lycées,
suppression de l’EPS au DNB, concurrence entre les établissements, suppressions de postes, mais aussi et surtout sur le devenir de l’UNSS : budget 2018, augmentation du prix des licences, déséquilibre entre les budgets alloués au haut niveau par rapport au pôle « promotion » qui concerne le plus grand nombre…

Y figure également une mention soumise au vote pour demander de recréer le poste de directeur régional adjoint.

Déclaration du SNEP-FSU

 


Les Jeux du centenaire doivent être un nouvel élan pour l’EPS et le Sport scolaire :

Vers des Jeux Olympiques Scolaires en amont de Paris 2024 !

Le CIO a confirmé hier le choix de la France et de Paris pour accueillir les JOP de 2024. Ils doivent être l’occasion d’un nouvel élan pour le sport en métropole, ses quartiers populaires et sa ruralité, comme pour les Outremers.

Outre le fait que le SNEP-FSU s’engagera pour faire respecter la Charte sociale consubstantielle de la candidature de Paris 2024 sur le respect de l’environnement, des coûts raisonnables et maîtrisés et une réutilisation des infrastructures au bénéfice de la population, le SNEP-FSU Poitiers portera auprès des Préfets, de la rectrice, des DASEN et des partenaires de l’Ecole, des propositions éducatives ambitieuses en matière développement de l’EPS et de promotion du Sport scolaire.

Nos élèves d’aujourd’hui sont les sportifs de demain. Pour que cet événement soit beau et réussi, il doit être utile et porteur d’espoir. La participation de tous les jeunes du pays, quels que soient leur condition sociale, leur genre, leur lieu de vie, doit être une priorité. Le SNEP-FSU propose donc d’organiser des Jeux Olympiques Scolaires en amont de Paris 2024.

Dans cet optique, les Associations Sportives d’établissement et l’UNSS sont des outils éducatifs précieux, aussi efficients que puissants et précieux, que beaucoup de pays nous envient.

Avec 1 150 000 licenciés l’année passée au niveau national, et près de 39 000 dans l’Académie de Poitiers, soit +8,1% record absolu, l’UNSS est devenue la deuxième fédération sportive de France, toujours première fédération féminine.

Ce constat nous oblige à l’exemplarité, au sein du monde sportif, particulièrement au moment où la France doit mettre en actes le Projet de JOP de Paris 2024.

En effet, le modèle du sport scolaire peut représenter une forme d’alternative aux dérives du sport mondialisé telles que nous les rencontrons à l’occasion de chaque Grands Évènements Sportifs planétaires. Plus que tout autre pays, la France forte de ses valeurs humanistes, démocratiques, sociales et laïques doit porter les germes d’une refondation du modèle sportif mondial à l’occasion de ces Jeux Olympiques du centenaire.

Nous considérons qu’ils doivent être une sorte de COP 24 du sport mondial, dont l’acte fondateur serait la construction d’installations sportives « intégrées », permettant à des Départements « sous équipés », comme la Seine-Saint-Denis ou les zones rurales, de compenser et de rattraper leur retard.

Professeur d’EPS de l’Education nationale et Professeurs de Sport- Personnels Pédagogiques et Techniques du Ministère des Sports, nous souhaitons que l’UNSS partenaire de l’École et du sport fédéral puisse permettre aux élèves de mieux connaître et mieux appréhender les spécificités territoriales en contribuant à réduire, grâce aux rencontres sportives et autres manifestations de masse, la fracture grandissante entre les zones rurales et les zones urbaines ou touristiques, qui s’opère actuellement sous l’effet de la Métropolisation.

Le sport scolaire doit y prendre toute sa place, car ses bons résultats montrent aussi que les orientations prises lors des créneaux de pratique sportive volontaire dans nos établissements, et les mercredis après-midi, vont largement dans le bon sens et que l’engagement de l’ensemble des enseignants d’EPS en font militants et militantes du sport scolaire et du sport au quotidien, à tous les niveaux.

Christophe MAUVILLAIN, Secrétaire académique


Compte rendu UNSS du 27 Juin 2017

Déclaration du SNEP-FSU


Un dossier réalisé pour faire le bilan de l’année écoulée et attirer l’attention sur les points de vigilance pour l’année à venir. Un dossier pour montrer que le SNEP-FSU a le sport scolaire au coeur !

Bulletin spécial Sport Scolaire, juin 2017


Textes officiels : les « guides UNSS » (janvier 2017)

4 guides à l’usage des présidents, coordonnateurs de district, animateurs d’AS et parents d’élèves. Ces guides ont été élaborés par le groupe de pilotage du PNDSS Horizon 2020.

Guide des président-es d’AS – Chef d’établissement
Guide des parents d’élèves
Guide des coordonnateurs de district
Guide des animateurs d’AS